Association Départementale des Chasseurs de Grand Gibier d'Indre et Loire



      Accueil
      Brevet Grand Gibier
      Cotation des trophées
      Activités de l'Association
      Actualités
      Situation du département
      Faune, habitats, chasse
      Conducteurs de chiens
        de sang
      Le mot du Président
      Adhésion
      Membres du Conseil
      Bulletins d'information
      Liens
      Quiz Grand Gibier
Situation du département


La situation du département 37

Superficie totale du département : 615 403 hectares.

Superficie terres cultivées : 350 000 hectares.

Superficie boisée : 160 000 hectares dont 147 000 ha privés.
13 000 ha domaniales.

Superficie des étangs : 2 600 hectares.

Kilomètres de cours d'eau : 247 kilomètres.

Nombre de chasseurs : 18 000 permis de chasser dont 16 500 timbres grand gibier.

Plan de chasse :
- Cerfs : 261 CEM2 et 604 CEM1
- Biches : 917
- Jeunes cervidés : 653
- Chevreuils : 5396
- Sangliers : 5 500 prélèvements.


La gestion qualitative du cerf en Indre et Loire

La gestion qualitative du cerf en Indre et Loire.

Hugues Prot - Guy Bonnet : Administrateurs ANCGG


Depuis quelque temps, l’existence des plans qualitatifs du cerf est remise en question par le lobby forestier… auquel cèdent parfois complaisamment certaines fédérations départementales des chasseurs.
Que leur est-il reproché ? De compliquer inutilement les choses sans résultats vraiment probants, de ne pas être applicables en battue mais surtout de freiner les réalisations et de placer les éventuels contrevenants sous la menace infamante du pénal.
Déni de réalité puisque, dans la plupart des départements qui appliquent avec succès un plan qualitatif, la chasse du cerf est essentiellement collective. D’autre part, dans la majorité des cas, il s’avère que c’est le taux de réalisation des biches – non soumises à des bracelets spécifiques – qui est inférieur à celui des mâles coiffés !

Le modèle de l’Indre et Loire.

Bien sûr, chaque département qui adopte une gestion qualitative par sexe et par classe d’âge l’adapte à ses usages et à ses besoins et il ne saurait être question de prôner une solution unique. Toutefois, le système mis en place depuis huit années dans l’Indre et Loire donne satisfaction à bien des égards. Exposons ses principes et examinons ses effets.
Les bracelets marqués CEM1 et CEM2 sont, du point de vue de l’administration, des CEM génériques. En cas d’erreur, il n’y a donc pas de verbalisation ni de déclaration à l’ONCFS. Mais les attributaires sont contraints de présenter le trophée et la mâchoire inférieure des animaux réalisés lors de l’exposition départementale annuelle. Une commission interne à la FDC, associant l’AD37 des chasseurs de grand gibier, apprécie les éventuelles erreurs de tir. Un manquement manifeste au respect du plan qualitatif se traduit par le retrait d’un bracelet de cerf coiffé la campagne suivante. Une coupe dentaire est réalisée afin de déterminer l’âge des animaux de la manière la plus précise possible et de ne sanctionner que les erreurs flagrantes sur des cerfs subadultes et adultes.

Des résultats très positifs.

Ce plan fondé avant tout sur la confiance porte ses fruits et reçoit l’assentiment de la quasi-totalité des chasseurs du département. Le taux de réalisation, qui oscille autour de 75%, s’avère légèrement supérieur à la moyenne nationale des dix dernières années. Alors que l’écrasante majorité des cerfs est réalisée en battue, les erreurs patentes sont rares : moins de 5 par saison de chasse.
Le but principal semble atteint : une proportion intéressante de mâles est parvenue à vieillir et à atteindre l’âge de la maturité physique et comportementale. Ce qu’attestent l’amélioration de la qualité moyenne des trophées (même si elle a aussi d’autres causes) et la récolte régulière, mais forcément modérée, de véritables grands cerfs.
Un bémol toutefois constaté lors de l’exposition de 2014 : 70% des cerfs présentés avaient 1 et 2 ans (bond de 8% de daguets) et 90% ne dépassaient pas 5 ans.
Aucun système n’est parfait et le suivi annuel sert aussi à rectifier les dérives possibles.
Il semble que les populations de biches soient toujours très abondantes et que les coiffés soient un peu trop mis à contribution.
Rappelons que sur 8 ans, en moyenne 730 cerfs ont été annuellement réalisés dans le département avec un pic de 837 en 2011.
Il serait donc nécessaire de diminuer les attributions de coiffés, la réussite du vieillissement dépendant toujours d’une économie de mâles par rapport à l’accroissement.

Les cerfs qualifiés de CEM1 portent au plus 8 cors. On compte le bois le moins chargé et tout mâle à bois cassé(s) est classé dans cette catégorie. Le tir d’un cerf mulet (pris pour une biche en fin de saison !) nécessite la pose d’un CEM2. L’attribution des CEM1 représente globalement 75% du total. Le bracelet CEM2 peut être apposé sur tout cerf. La vènerie n’étant pas soumise au plan qualitatif (décret national), les 3 équipages de cerf qui découplent dans le département se voient attribuer des bracelets CEM1. L’analyse de leurs prises sur plusieurs saisons prouve que celles-ci respectent grosso modo les proportions imposées aux chasseurs à tir.

Quelques éléments du bilan sur 8 ans.

Cotation des cerfs entrant au catalogue national (effectuée par les experts de l’AFMT)
- 2007 : 19 dont 2 du niveau de la médaille d’argent du CIC
- 2013 : 48 dont 12 argent
- 2014 : 43 dont 11 argent
8 cerfs niveau or récoltés en 8 ans.

Age moyen des cerfs cotés (coupes réalisées par les membres du CLAD)
- 2007 : 5,8 ans
- 2010 : 8,17 ans
- 2011 : 9,33 ans
- 2012 : 8 ,71 ans
- 2013 : 8,70 ans
- 2014 : 7,35 ans

En conclusion une gestion simple basée sur la confiance qui donne entière satisfaction et dont les résultats probants passionnent les chasseurs tourangeaux… ;avec un regret la non harmonisation de la méthode à la région cynégétique du Centre afin de faciliter la pratique de la chasse d’un département à l’autre….




Le département d'Indre et loire est le premier département national pour la gestion du cervidé : attributions et réalisations en nombre.

Plan de chasse de l'Indre et Loire depuis 1980

La mise en place du plan de chasse qualitatif pour la saison cynégétique 2006-2007, a permis grâce à l'exposition de trophés obligatoire de partir sur une base plus fiable de réalisation : 73 %.