Association Bas-Rhinoise des Chasseurs de Grand Gibier



      Accueil
      Brevet Grand Gibier
      Cotation des trophées
      Activités de l'Association
      Actualités
      Situation du département
      Faune, habitats, chasse
      Conducteurs de chiens
        de sang
      Le mot du Président
      Adhésion
      Membres du Conseil
      Bulletins d'information
      Liens
      Quiz Grand Gibier
Activités de l'Association


Les ragots sont désormais disponibles sous la rubrique : Bulletins d'information.







Résultats du classement général du Challenge de Tir 2017 de l'ABRCGG
















Les 15 premiers :
KRIEGER Jean-Marc - 98 points
UNTRAU René - 98 points
GEORGEL Jean-Paul - 93 points
FILIPPI Bruno - 92 points
HANEN Yves - 89 points
LEVIEUX Fabrice - 89 points
MEISBERGER Marc - 86 points
LIENHARDT Jean-Luc - 84 points
KOEBEL Alexandre - 81 points
RICKERT Etienne - 80 points
DOLIS Jean - 76 points
VITAL Michel - 74 points
SCHULER Georges - 74 points
NORTH Olivier - 72 points
BOURELIE Cédric - 71 points
SCHMEISSER Christian - 71 points

FELICITATIONS A TOUS LES PARTICIPANTS POUR LEUR SPORTIVITE !!!
Nous comptons sur vous pour notre prochain challenge.

Challenge de Tir de Vosges du Nord - Samedi 2 septembre 2017

Ouvert à tous les chasseurs dont le permis de chasse est validé pour la saison de chasse 2017/2018, n'hésitez pas à nous transmettre votre bulletin d'inscription.

Attention, seuls les 100 premières inscriptions seront prises en compte !

Pour toutes informations complémentaires, prenez connaissance du programme de la journée et du règlement ci-après.


Challenge de Tir des Vosges du Nord - Samedi 2 septembre 2017


RDV le 25.11.11 à ITTENHEIM - Concert de trompes de chasse - Film CERF MOI FORT - Buffet par l'Association Semeurs d'Etoiles

L'association Bas-Rhinoise des Chasseurs de Grand Gibier ABRCGG, vous invite le 25.11.11 à ITTENHEIM à partir de 19H, à une grande soirée festive, en trois actes, placée sous le signe du partage et de la générosité.



ACTE n° 1 - CONCERT DE TROMPES DE CHASSE - Les sonneurs de trompes de chasse "Les Échos du Guirbaden" présentent le programme suivant :

St Hubert La royale

Sortie du chenil La mort du cerf (chant)

Marche de vènerie Les honneurs

Le daguet Le grand retour de chasse



Dominique BERGERET, ancien sonneur et historien commentera le répertoire, les instruments ainsi que la signification des fanfares «de circonstance».



ACTE n° 2 - Film "CERF MOI FORT" - Projection en présence du réalisateur

Un vrai film d'auteur sur la montée en puissance du brame réalisé par Jean-Paul GROSSIN, soutenu par l'ABRCGG et de nombreux chasseurs locaux.

- Cinq ans de sorties, d'approche, d'affût pour ce qui est encore plus beau, plus intelligent, plus subtil, plus émouvant que le somptueux L'Étang aux biches et l'intrigant Quand le cerf perd la tête. Un déploiement de talent à pleurer d'admiration (Plaisirs de la Chasse 09/2011)

- L'intelligence de ce film est d'évoquer une période d'activité si importante depuis ses préparatifs jusqu'à son évanouissement dans les ombres de la fin de l'automne, pour composer une sorte de symphonie, dont la tonalité part d'un murmure, monte à un paroxysme puis décline doucement avec quelques tentatives de reprise. Nous apprenons beaucoup de choses sur le pré-brame et le post-brame... . L'ensemble du film est traité avec une grande finesse de la poésie et souvent un brin d'humour par un cinéaste qui connait son sujet à la perfection. (Grande Faune 09/2011)



ACTE n° 3 - Buffet organisé par l'Association SEMEURS D'ETOILES

Association créée avec la participation du père Denis LEDOGAR, aumônier au CHU de Strasbourg

L'association vient en aide aux enfants hospitalisés, leur famille et aux personnes dans des situations difficiles qui en plus d'une souffrance morale doivent faire face à une détresse financière.



Billets disponibles chez : Les armuriers de la région, le restaurant de la gare à Avolsheim, le garage Maylaender à Kolbsheim et la Mairie d'Ittenheim

Participation : Don de 8 € en faveur de l'Association SEMEURS D'ETOILES

Renseignements au 06.09.05.11.21 après 19H



Plus d'infos sous les sites suivants :

www.ancgg.org/

http://sthubertmollkirch.voila.net/

www.cerfmoifort.fr

www.semeursdetoiles.com

Challenge de Tir des Vosges Du Nord

CHALLENGE DES VOSGES DU NORD ET DE L’ABRCGG
SAMEDI 10 SEPTEMBRE 2011 à partir de 9H
Au stand de tir de l’APTO à Obernai
Le programme de la journée est le suivant :
- 1 balle d’essai sur cible fixe à 50 m qui ouvre droit à la participation au challenge
Un armurier (Mr. Buffenoir ) sera sur place pour le réglage éventuel de vos carabines
- 4 balles sur cible mobile « sanglier courant modèle ANCGG » à 50 m
- 4 balles sur cible anatomique fixe «sanglier» à 100m avec appui sur canne de pirsch.
- 4 balles sur cible fixe à 200 m
- 4 balles sur lièvre courant à 30 m (avec arme et munitions mises à disposition par l’APTO)
- Une épreuve surprise dotée d’un prix spécial de valeur (3.- Euros en sus)
Règlement :
Epreuve ouverte à tous les chasseurs en possession du permis de chasser validé et d’une assurance
Armes autorisées : les armes de chasse à canon rayé -> calibre développant 1000 joules minimum à
100 m.
Armes interdites : les armes à canon lourd, carabine de compétition.
Le rachat des épreuves est possible soit 1 x par série (participation aux frais 2 Euros par épreuve)
Déjeuner (entrée, plat, dessert et café) vers 13 heures à la charge des participants. (réservation par
vous-même à l’APTO, voir talon réponse)
A partir de 17 heures, résultats et remise de nombreux prix offerts par nos sponsors.
Autres activités au cours de la journée :
Présence de l’association des chasseurs à l’arc du Bas – Rhin (A.C.A.B.R.)
Initiation au tir à l’arc sur cible anatomique 3D
Venez nombreux à cette manifestation qui doit s’inscrire dans un cadre amical
avec juste un brin de compétition

Photos du 10ème anniversaire de L'Abrcgg

Disponible sur picasa à cette adresse:

http://picasaweb.google.com/abrcgg


Résultats du challenge de tir du 25 juillet 2009 à l'APTO de Bernardswiller

Comme chaque année le challenge de tir s'est passé dans la bonne humeur et la convivialité, merci aux 80 participants, à l’APTO de Bernardswiller ainsi qu'a tous les Sponsors.

Merci également aux partenaires: La chasse en Alsace et l'AHRCGG(68).

Un grand Bravo à l'organisation.

Rappel des épreuves:

4 balles sur cible fixe 200M.
4 balles sur CANNE PIRSCH à 100M ( trépier interdit )
4 balles sur 50M SANGLIER COURANT
4 balles sur lièvre courant 30M.
Une épreuve surprise.

En exclusivité : ouverture du stand 300M, pour essayer votre arme de chasse.(hors concours )

Voici le classement général:

1 WACK Michel 85.2
2 NEFF Thierry 82.9
3 KLEIM PAUL 82.8
4 PERROTEY Pascal 82.3
5 EHRHARD 77.8
6 BRISWALTER Pascal 75.1
7 DECARREAU Jean Pierre 74.2
8 PFISTER Bernard 72.4
9 DELATTRE Patrick 72.2
10 POLET Jacques 71.3
11 SCHMEISSER Christian 71.1
12 BONGRAND Mathieu 70.9
13 POLET MARCEL 69.9
14 GOETZ Alfred 69.4
15 KOESSLER Jean Marie 66.2
16 TECHT Robert 65.1
17 PERROTEY Martine 64.4
18 MOOG Daniel 64
19 HOST J Y 63.3
20 HAM Gérard 60.7

A voir : ci-joint, la photo du recul d'une 300 Winchester sur canne de Pirsch!

Le 18 novembre 2005 : Soirée « Les grands cervidés et leur gestion ».

Pour son désormais traditionnel dîner-débat de fin d’année, l’A.B.R.C.G.G. avait convié ses membres le 18 novembre dernier à Strasbourg autour de Guy Bonnet, administrateur de l’A.N.C.G.G. et de la Société de Vénerie, professeur de Lettres mais surtout auteur reconnu, notamment pour ses participations à de nombreux ouvrages cynégétiques (tels les « Images insolites » du cerf et du chevreuil, « Le Cerf » aux éditions Hatier ou encore, « Le Grand Gibier », ouvrage de référence de l’A.N.C.G.G.). Un peu plus de 80 membres, invités et sympathisants,
issus des deux associations alsaciennes adhérentes à l’A.N.C.G.G., mais aussi d’autres associations cynégétiques locales (F.D.C. et fonds d’indemnisation du 67 et du 68, U.N.U.C.R., Lieutenants de Louveterie, …), et bien sûr des administrations de tutelle (O.N.F., O.N.C.F.S. et C.N.E.R.A.) se sont donnez rendez-vous au centre de Strasbourg dans une salle du restaurant « l’Alsace à table » pour une soirée sur le thème de la gestion des grands cervidés …

Guy Bonnet a fait partager à l’audience son expérience ainsi que sa passion du cerf et à l’aide d’un diaporama a développé son exposé autour de trois thèmes principaux : l’habitat, les méthodes de gestion de l’espèce et les modes de chasse … Le maintien (ou le rétablissement) de l’intégrité de l’aire vitale d’une population de grands cervidés est selon lui un point à considérer en priorité, car l’espèce cerf constituant un indicateur fidèle de la continuité des espaces naturels « ordinaires », la pérennité des corridors écologiques doit être considérée comme un facteur capital à prendre en compte dans toute tentative de définition d’un équilibre agro-sylvo-cynégétique. La gestion de l’espèce doit en conséquence s’envisager en termes de populations et débute par la définition d’unités de gestion cohérentes et d’objectifs communs, ce qui le cas échéant doit d’ailleurs souvent exiger de s’affranchir des frontières administratives (gestion par massif). Qualifiée de « biologique », cette gestion tient compte aussi bien de l’éthologie propre à l’espèce que de la dynamique de ses populations, et pour se faire s’appuie non seulement sur des indicateurs généraux (indices phare, comptages au brame, …) mais également sur d’autres plus spécifiques, témoignant de l’adéquation entre les populations et leurs milieux (taux de gestation des bichettes, poids des jeunes de l’année, …). Un plan stabilisateur consiste alors en un prélèvement en fin de période hivernale correspondant à 25% des effectifs selon la règle dites « des trois tiers » (1/3 jeunes, 1/3 biches et 1/3 coiffés). Pour contrôler les effectifs, la régulation des femelles reproductives est nécessaire mais aura lieu à partir du mois de décembre afin d’éviter des phénomènes d’orphelinage trop marqués, tandis que les jeunes sont à prélever plus tôt, en début de saison, alors qu’ils sont encore facilement reconnaissables. Pour favoriser le vieillissement des mâles, un plan qualitatif consistant en deux « bracelets » est souhaité : C1 (cerfs jeunes et subadultes / moins de 10 cors et présentant des pointes ou des fourches sommitales) et C2 (cerfs adultes et vieux / supérieurs à 10 cors et présentant une ou deux empaumures). Guy Bonnet souligne que ce plan de chasse à 4 « bracelets » est non seulement simple mais également particulièrement adapté à notre spécificité hexagonale en matière de chasse du cerf. Il ne faut en effet pas oublier que la quasi-totalité des prélèvements des biches ou des jeunes et près de 70% de ceux concernant les cerfs coiffés sont réalisés en battue. Les modes de chasse silencieux ne complètent ces prélèvements sur les mâles qu’à hauteur de 15 à 20%, la dernière part étant à attribuer à la vénerie (environ 1200 mâles par an), un mode de chasse certes non soumis à un plan qualitatif, mais qui par définition entraîne des prélèvements parmi toutes les classes d’âge … L’exposition annuelle des trophées (et des mâchoires) est bien entendu nécessaire et offre la possibilité de vérifier tant la pertinence des critères retenus que l’évolution du vieillissement des cerfs. Ce plan régulateur par sexe et classe d’âge, qui respecte l’équilibre social des populations sans entraîner de perte de diversité génétique (pas de sélection sur le trophée) a d’ores et déjà fait ses preuves dans une vingtaine de départements (Yvelines, Côte d’Or, Oise, …). Contre toute attente, les réalisations n’en ont pas été affectées et on a même pu constater que le nombre de trophées inscriptibles au catalogue français augmentait sensiblement année après année. Pour Guy Bonnet ceci constitue bien la preuve qu’en matière de gestion du cerf « le quantitatif » et « le qualitatif » sont indissociables …





Le 2 septembre 2005 : « Décathlon fête la Chasse et la Nature ».

Le 2 septembre dernier, afin de « fêter l’Ouverture », la société Décathlon organisait pour la seconde fois une soirée promotionnelle sur le thème de la Chasse et à la Nature. Près de 400 chasseurs bas-rhinois se sont donc déplacés au magasin de La Vigie à Geispolsheim (67), où l’équipe d’Olivia Schuler (nouvelle responsable du rayon chasse) leur réservait un accueil chaleureux. Les chasseurs ont pu découvrir les stands de plusieurs associations locales (A.J.C.B.R., A.C.A.B.R., …), et se retrouver entre amis ou partenaires dans une ambiance musicale de circonstance assurée une fois de plus par le rallye trompe Saint Laurent de Holtzheim. L’A.B.R.C.G.G. a bien-sûr participé à cet évènement et une fois de plus c’est notre duo de choc préféré (Henry Farny et François Raeppel) qui a fièrement porté nos couleurs.

Le 27 et 28 août 2005 : Fête de la choucroute de Geispolsheim.

A l’occasion de la 39ème édition de la fête de la choucroute de Geispolsheim, l’A.B.R.C.G.G. s’est offert le temps d’un week-end une petite retraite campagnarde … Michel Vital et Romain Pfister ont saisi cette opportunité pour représenter notre association, faire connaître notre charte et exposer les travaux de l’A.N.C.G.G. aux nombreux visiteurs. Il est en effet important que les chasseurs se mobilisent à l’avenir un peu plus afin de reprendre pied dans la vie de leur communauté et qu’ils prennent enfin en main une image qu’ils ont trop longtemps laissé le soin à d’autres d’exposer … Une expérience à saluer et à renouveler !

Le 30 juillet 2005 : Challenge des Vosges du Nord 2005.

A l'Association Pour la Pratique du Tir d’Obernai à Bernardswiller avait lieu le 23ème Challenge de tir des Vosges du Nord. Cette 4ème édition organisée par l’A.B.R.C.G.G. a cette année encore rencontré un vif succès et c’est près d’une cinquantaine de tireurs qui ont se sont affrontés amicalement durant toute une journée lors des trois épreuves habituelles (sanglier courant à 50 mètres, tir avec appui à 100 puis 200 mètres), sans oublier l’épreuve « surprise » facultative et réservée aux plus téméraires (cible aveugle à 100 mètres) - Palmarès :
. Hommes : 1er, Marc Riehl avec 125 points - 2ème, Robert Techt avec 119 points et 3ème, Jacques Polet 113 points.
. Dames : 1ère, Agneszka Trochimiak avec 103 points - 2ème, Carolina Meier-Hirmer avec 96 points et 3ème, Astrid Ham avec 80 points.
Gilbert Stoll (4ème au classement général) remportait quant à lui l’épreuve surprise …
En l’absence du président Thierry Neff (vainqueur l’an dernier), c’est Patrick Miller (chargé des manifestations) qui a remis les coupes ainsi que les nombreux lots offerts par les sponsors, sous l’œil attentif de Paul Kleim et de son équipe qui ont bien sûr veillé à ce que le déjeuner se déroule dans les meilleurs conditions mais aussi que la journée se termine par le traditionnel pot de l’amitié en toute convivialité … Rendez-vous donc en juillet 2006 pour une nouvelle édition que l’on espère … moins surprenante !

Les 22 et 23 avril 2005 : Journées Nationales de l’A.N.C.G.G. à Crest

Pour les journées nationales de l’Association Nationale des Chasseurs de Grand Gibier 2005, les deux associations départementales alsaciennes (A.B.R.C.G.G. et A.H.R.C.G.G) avaient cette année fait le déplacement dans la Drôme, à Crest le week-end du 23 avril dernier. Avec environ 10 000 adhérents, l’A.N.C.G.G. demeure toujours la deuxième association cynégétique hexagonale derrière l’A.N.C.G.E. L’association jouit ainsi d’une bonne audience auprès des organismes de tutelle (ministère, O.N.F., O.N.C.F.S., F.N.C., …) et prend donc régulièrement part aux diverses consultations susceptibles de la concerner … Se posait donc la question de savoir quelles étaient désormais les attentes des associations départementales affiliées, et plus généralement de rappeler les objectifs principaux de l’association. La défense de cette règle non écrite ou de ce garde-fou indispensable que l’on nomme « éthique », reste ainsi un chantier permanent et prioritaire pour l’A.N.C.G.G. En prônant le respect d’autrui, le respect de la nature et le respect du gibier, et en opposant systématiquement la connaissance à l’obscurantisme, l’A.N.C.G.G. cherche non seulement à défendre sa charte mais également l’avenir des activités cynégétique dans leur ensemble. Plus que jamais l’A.N.C.G.G. et ses adhérents vont se mobiliser pour faire valoir leurs expériences et leurs capacités d’expertise, tenter de rallier à leur cause les bonnes volontés de tout bord sans oublier de se tourner vers les jeunes générations, qui sont finalement les seuls véritables dépositaires de notre chasse de demain …
En présence notamment d’A.-J. Hettier de Boislambert (président d’honneur), d’A. François (président) et de C. Bussy (directeur de la F.N.C.) plusieurs réunions de travail et conférences-débats ont eu lieu. Des thèmes aussi variés que la régulation des grands prédateurs, les effets du réchauffement planétaire sur la faune et la flore, l’état de la grande faune de montagne ou les enjeux cynégétiques de la régionalisation ont été abordés par des intervenants de qualité.



Les 9 et 10 avril 2005 : Déplacement à Munich

Le week-end du 9 et 10 avril dernier notre association organisait un déplacement à Munich au salon « Jagen & Fischen ». Une vingtaine de membres de l’A.B.R.C.G.G. mais aussi de l’A.H.R.C.G.G., se sont retrouvés et ont pris place dans un petit bus de tourisme. Notre joyeuse troupe a pu se joindre aux 50 000 visiteurs qui avaient décidés eux aussi, de faire le déplacement et de venir découvrir ce que les 247 exposants issus de 20 pays différents avaient à proposer. Armurerie, optique, habillement et accessoires mais aussi écoles de chasse, voyagistes et associations spécialisées. Sur le stand du «Landesjagdverband Bayern», notre président Thierry Neff et notre chargé des relations extérieures, Christian Roposte ont pu s’entretenir avec le président des chasseurs bavarois et prendre quelques contacts qui pourront sûrement permettre d’envisager de futurs échanges cynégétiques transfrontaliers … La matinée du dimanche fut consacrée comme prévu à la visite du fameux musée, situé en plein centre de la ville de Munich. Trophées hors-normes, têtes bizzardes, œuvres d’art et armes anciennes, mais aussi galeries thématiques présentant nombre de mammifères, d’oiseaux ou de poissons taxidermisés ont fait le bonheur des chasseurs de grand gibier alsaciens. Ce premier week-end fut donc un succès, il a notamment permis d’asseoir un peu plus le rapprochement entre nos deux associations départementales et laisse entrevoir de nombreuses perspectives avec nos voisins d’outre-Rhin.

Le 25 Février 2005 : soirée « Réformes de la PAC et opportunités cynégétiques » organisée par l’A.B.R.C.G.G.

L’ABRCGG organisait le vendredi, 25 février 2005 à la Chambre d’Agriculture du Bas-Rhin à Schiltigheim une soirée à thème portant sur les nouvelles réformes de la PAC. Son directeur, M. Philippe Wolff a animé cette soirée en commençant par rappeler les grandes dates des réformes de la PAC, la parole étant ensuite laissée à M. Daniel Hoerlé, agriculteur et membre du conseil d’administration de l’ABRCGG, qui à fait part des nouvelles directives applicables progressivement dès 2005 pouvant se révéler comme des atouts pour les activités cynégétiques …

Le 4 Février 2005 : A.G. 2005 à Schiltigheim.

L’Assemblée Générale annuelle de l’A.B.R.C.G.G. se tenait le 4 février dernier à la Chambre d’Agriculture de Schiltigheim en présence des diverses autorités du monde cynégétique et d’un auditoire aussi attentif qu’important … Une telle affluence était bien entendu à mettre sur le compte des nombreux efforts mis en oeuvre par l’association pour se faire connaître et participer activement aux évènements cynégétiques locaux, mais s’expliquait également en raison de l’intervention fort attendue d’une figure locale réputée, en la personne de M. Pierre Mann, cinéaste animalier, qui présenta une de ses productions intitulée « Naître et survivre » et qui a fait partager pendant une peu plus d’une heure sa passion pour la faune africaine.
Sous un angle plus protocolaire, cette A.G. a permis de faire le bilan de l’année écoulée et d’annoncer les futurs évènements et activités de l’association.

Le 3 Novembre 2004 : Messe de Saint-Hubert co-organisée par les Louvetiers et l'A.B.R.C.G.G.

Le Groupement des Officiers de Louveterie du Bas-Rhin et l’A.B.R.C.G.G. se sont associés dans l’organisation d’une messe de Saint-Hubert, qui s’est tenue le 3 novembre 2004 en l’église catholique d’Ostwald. A cette occasion pas moins de 400 personnes s’étaient déplacées et toutes ont pu assister à une célébration tant chaleureuse qu’inhabituelle notamment grâce au concours du rallye-trompes Saint-Laurent de Holtzheim. Le président des louvetiers bas-rhinois, Gérard Messmer, a tenu dans son discours a faire un court rappel de la genèse de la Louveterie : c’est en effet en 813 que Charlemagne ordonna à ses Comtes de désigner dans chacune de leurs circonscriptions deux officiers dont la mission consisterait à combattre les ravages des loups. Exemptés de tout service à caractère militaire, ces officiers devaient également bénéficier du remboursement de leurs dépenses en chevaux et en chiens. Si la fonction fut supprimée à plusieurs reprises pour être rétablie finalement en 1797, elle évolue notablement sous Louis Philippe à la faveur de l’ordonnance du 16 octobre 1830 reproduisant les termes du règlement du 1er germinal an XII et orientant la mission des Louvetiers vers le contrôle des populations d’animaux nuisibles (loups mais aussi renards et blaireaux, …). La loi du 9 juillet 1970 a permis l’adaptation du corps des Lieutenants de Louveterie au monde moderne, et a modifié profondément les textes les plus anciens. Aujourd’hui, les Lieutenants de Louveterie sont nommés par le Préfet pour une durée de six années, ils sont devenus les conseillers de l’administration et des communes et forment un lien fort entre l’administration, les agriculteurs et les chasseurs. Ils exécutent des arrêtés ordonnés par le Préfet (notamment ceux concernant les battues administratives) et sont enfin au nombre de 23, répartis par cantons sur l’ensemble du département. Le président Gérard Messmer a terminé son exposé en remerciant le prêtre célébrant pour avoir rendu possible un tel évènement, l’A.B.R.C.G.G. et les jeunes Louvetiers pour leur soutien prépondérant, sans oublier toute l’assemblée sans qui rien n’aurait été possible … La cérémonie s’est poursuivie par une bénédiction des chiens et des chevaux avant de se terminer, sous une météo plutôt clémente, à la ferme de la famille Hoerlé.



Le 15 Octobre 2004 : dîner débat sur le thème de l’optique.

Le 15 octobre 2004, l’Association Bas-Rhinoise des Chasseurs de Grand Gibier (A.B.R.C.G.G.) organisait au restaurant « Le Clos du Ried » à Reichstett (67) une soirée débat sur le thème de l’optique. Initiée par l’armurier strasbourgeois, Marc Meisberger, en collaboration avec la société autrichienne Swarovski, cette soirée fut l’occasion pour la quarantaine de membres présents de découvrir les nouveautés de la marque au faucon.

Le 4 Septembre 2004 : participation à la journée de rencontre organisée par le G.G.C. Sauer-Moder.

Le G.G.C. Sauer-Moder organisait le samedi 4 septembre 2004 son désormais traditionnel sanglier à la broche. Pour sa troisième édition, les adhérents et leurs invités étaient gracieusement accueillis au Domaine de Sury à Fort-Louis (67). Comme à son habitude, le président Roger Metzger et son bureau ont profité de cette ultime opportunité de réunion de pré-saison pour relancer leurs adhérents. Jean-Luc Ries, vice-président du G.G.C., maître d’œuvre de cette journée, à tout d’abord tenu à rappeler à la soixantaine de présents, les principaux axes de travail retenus par le G.G.C. : une participation accrue aux processus de décision, une mobilisation croissante des adhérents et surtout une communication encore plus efficace. La parole a ensuite été donnée aux invités, à savoir cette année les chasseurs de gibier d’eau et les chasseurs de grand gibier qui ont tour à tour présenté les activités de leurs associations. Thierry Neff et Michel Vital de l’A.B.R.C.G.G. ont expliqué la démarche de l’A.N.C.G.G., notamment en exposant la Charte des chasseurs de grand gibier et en détaillant la démarche du Brevet et ses modalités d’obtention …

Le 3 Septembre 2004 : participation à la Fête de la Chasse et de la Nature Décathlon »

Le 3 septembre dernier, dans le cadre d’une opération de communication nationale et pour fêter l’ouverture de la chasse, la société Décathlon conviait les chasseurs à une soirée sur le thème de la Chasse et de la Nature. Quelques 600 chasseurs alsaciens se sont retrouvés au magasin de La Vigie à Geispolsheim (67), où l’équipe de Benoît Fedry leur réservait un accueil chaleureux dans un décor spécialement réalisé pour l’occasion par le taxidermiste bas-rhinois Daniel Rettig.

Le 24 Juillet 2004 : Challenge des Vosges du Nord 2004 à l'A.P.T.O.

Le samedi 24 juillet avait lieu sur les installations de l’A.P.T.O. (Association Pour la Pratique du Tir d’Obernai) à Bernardswiller (67), le concours de tir du Challenge des Vosges du Nord 2004. Pour cette troisième édition organisée par l’A.B.R.C.G.G., la fréquentation était sensiblement en hausse (60 concurrents et 10 concurrentes) et les épreuves quelques peu modifiées. Après un tir d’essai sur cible fixe à 50 mètres, les candidats devaient affronter trois séries, à savoir :
- 6 balles sur sanglier courant à 50 mètres
- 5 balles sur cible fixe à 100 mètres
- 5 balles sur cible fixe à 200 mètres

Palmarès :
. Hommes : 1er, Thierry Neff avec 139 points – 2ème, Jacques Pollet avec 138 points – 3ème, Gilbert Stoll avec 133 points
. Dames : 1ère, Carolina Meier-Hirmer avec 111 points – 2ème, Béatrice Lorentz avec 51 points et 3ème, Astrid Ham avec 39 points.
. Jeunes : 1er, Vincent Raeppel avec 97 points – 2ème, Maxime Neff avec 70 points
Epreuve du 200 mètres : 1er, Hubert Jost avec 90 points.
Epreuve du sanglier courant : 1ère, Agneszka Trochimiak avec 124 points.
Enfin, prix du meilleur dernier : David Ries avec moins 13 points.



Le 20 Juin 2004 : 3ème participation à la journée du piégeage et de la nature de Kolbsheim.

Le dimanche 20 juin 2004, les piégeurs agréés du Bas-Rhin organisaient comme à leur habitude sur le site de leur sentier de piégeage de Kolbsheim leur manifestation annuelle. Pour cette année anniversaire (15ème année de l’association et 20ème année de l'arrêté ministériel régissant le piégeage), de nombreux intervenants de la vie cynégétique locale (F.D.C. 67, U.N.U.C.R., A.D.J. 67, A.B.R.C.G.G., A.C.A.B.R., F.A.R.B. et groupement des louvetiers du 67) ainsi qu’une vingtaine d’exposants (armuriers, taxidermistes ou encore couteliers) se sont associés à l’évènement. Plus de 1500 visiteurs ont pu ainsi profiter de l’opportunité qu’il leur était donnée de découvrir le piégeage sous tous ces aspects (tant techniques que législatifs) notamment au travers d’un sentier pédagogique et didactique et d’une exposition de dispositifs désormais interdits … http://perso.wanadoo.fr/ass.piegeurs67/

Le 5 Mars 2004 : A.G. 2004 à Strasbourg.

Le 5 mars dans une salle de l'Hôtel Pax à Strasbourg se sont réunis les membres de l’association et leurs invités en Assemblée Générale. Outre les sujets à l’ordre du jour et relevant de questions statutaires, le bilan des activités de l’association en 2003 est très positif : 40 participants aux formations du brevet du Chasseur de Grand Gibier et au final 25 brevets « or » et 7 brevets « argent » – une présence active lors des évènements cynégétiques locaux (exposition des trophées à Sélestat, journée des piégeurs à Kolbsheim par exemple), une dynamique interne certaine avec en point d’orgue l’A.G. 2003 au Parlement, ainsi que l’organisation du concours de tir du Challenge des Vosges du Nord et la participation à la réunion des présidents d’associations de Chasseurs de Grand Gibier de l’Est de la France à Pont-à-Mousson. L’assemblée générale s’est close après un exposé animé par M. Yves Coquillot qui fort de son expérience au sein de l’association nationale a tenu à expliciter la genèse de la charte des chasseurs de grand gibier avec notamment une évocation des personnalités marquantes de l’association dont celle de François Sommer qui est désormais emblématique …

Le 26 Juillet 2003 : Challenge de Tir des Vosges du Nord 2003 à l’A.P.T.O.

Le samedi 26 juillet se tenait au stand de tir de l’APTO à Obernai, le concours de tir du Challenge des Vosges du Nord 2003. Ce concours initié il y a plus de 20 ans par quelques sociétés de chasse du Bas-Rhin, et notamment à l’initiative de M. R. Spohr, s’inscrivait alors dans un cadre plus convivial qu’élitiste et permettait à des chasseurs de mesurer leur adresse au tir… Si depuis deux ans l’Association Bas-Rhinoise des Chasseurs de Grand Gibier a repris le flambeau ils n’en ont pas moins sacrifiés à la tradition et c’est donc dans une ambiance amicale et détendue que le vainqueur de l’année passée (Jérôme Heidrich) a remis sa coupe en jeu. 54 concurrents (dont 5 concurrentES) se sont donc mesurés durant toute la journée sur 5 épreuves (dont le sanglier courant, le ball-trap et des tirs sur cibles fixes à plusieurs distances). Avec des résultats souvent dignes des meilleurs licenciés de clubs, Agnès Trochimiak, remportait la coupe dans la catégorie « dames », et Daniel MOOG, dans la catégorie « hommes ».

Le 9 Avril 2003 : P.V. de l’A.G. 2003 au Parlement Européen de Strasbourg.

A 19h15 le Président Henry FARNY déclare ouverte l’A.G. Ordinaire et rappelle l’ordre du jour en présentant le déroulement de la soirée en raison de la situation exceptionnelle du lieu et de son programme.
Il accueille ensuite les différentes personnalités ayant bien voulu nous faire l’honneur de leur présence, à commencer par M. Joseph DAUL, Député Européen, Président de la Commission Agriculture et de la Mission Rurale, Président de la Réunion des Présidents de Commission, car c’est grâce à son aimable invitation que nous avons eu la possibilité de réaliser cette Assemblée dans ce lieu prestigieux et chargé de symboles.

Rapport d’activité et rapport moral

Pourquoi avons nous voulu organiser cette AG au Parlement Européen ?

Parce que l’Europe est devenue une réalité incontournable dans tous les domaines, la Chasse et l’Environnement n’y échappent pas ; l’ignorer ne serait pas réaliste !
Comme vous le savez, la chasse des gibiers migrateurs pose maints problèmes contrairement au Grand Gibier et nous pensons que notre Association, spécialisée dans ce domaine, peut être un interlocuteur consultatif dans le cas ou des décisions devaient être prises.
Je pense, entre autres, aux problèmes sanitaires, qui eux, ignorent les frontières.
Notre activité en 2002 s’est essentiellement résumée à la formation et aux épreuves du Brevet Grand Gibier.
Sur 32 candidats qui se sont présentés, 18 ont obtenu le Brevet Or, 6 l’Argent et 4 candidats pour la première année ont obtenu le Brevet Or à l’arc.
Le 06 juillet s’est tenu à Pont à Mousson, la première réunion des Présidents des 7 départements de l’Est.
Le 31 août, toujours au stand de l’A.P.T.O.
Le 22 octobre, au caveau KLIPPFEL de Barr, nous avons organisé un dîner-débat dans un but d’information afin d’appréhender ce que nous réservent les instances européennes sur l’avenir de la chasse. Etaient conviés pour enrichir le débat : Monsieur Joseph DAUL comme intervenant principal, Messieurs BUTEL, ESCLOPE et BERNIE, Députés Européens.
Au cours de l’année écoulées notre Association a été présente aux différentes manifestations suivantes :
. Exposition des trophées de cerfs et daims du Bas-Rhin
. AG de la Fédération du 67
. Journée des Piégeurs et des Gardes Chasse à Kolbsheim

Voici succinctement évoquée, l’activité de votre Association pour l’année écoulée.
En ce qui concerne cette année, nous avons débuté les formations au Brevet et nous serons de nouveau présent lors des grandes manifestations cynégétiques bas-rhinoises dont les dates vous ont été communiquées dans « Les Ragots », notre organe de liaison. Je vous rappelle que ce bulletin ne doit pas être à sens unique, car vous y avez la parole.
N’hésitez donc pas à y formuler vos idées, vos points de vue ou vos critiques.
Si chacun d’entre nous amène un ami chasseur passionné de grand gibier, nous serons bientôt une force de proposition, non polémique, qu’attend la chasse alsacienne.



Le 31 Août 2002 : Challenge de Tir des Vosges du Nord 2002 à l’A.P.T.O.

Alors que certains de nos membres se faisaient copieusement arroser sur Strasbourg, d’autres participaient au Challenge de tir des Vosges du Nord à l’A.P.T.O. d’Obernai …
Quatre ateliers de tir attendaient les concurrents : Sanglier courant, 100m, 200m, ainsi que quelques plateaux de ball-trap … Ces épreuves devaient départager les tireurs inscrits.
Dés 14h00 les premières détonations signalaient le début des hostilités de cette compétition (amicale) et de la réussite de chaque atelier, dépendait le score final.
Les problèmes techniques de réglages étaient souvent mis en avant lors de contre performances, mais chacun fit le maximum pour atteindre ses limites, le tout étant d’engranger le plus de points possibles …

Le 3 novembre 2005 : Messe de Saint Hubert.

A l’occasion de la messe de Saint Hubert co-organisée par l’A.B.R.C.G.G. et les Lieutenants de Louveterie du Bas-Rhin le 3 novembre dernier à Sessenheim, un petit rappel concernant la légende du « bienheureux » Hubert s’impose :

« Hubert, fils de Bertrand, duc d'Aquitaine et arrière-petit-fils de Clovis était en l'an 683 un seigneur célèbre dans toute la Gaule par son intelligence, sa richesse et sa bonté. Il était âgé de vingt-huit ans et jouissait d'une renommée des plus flatteuses et d'une santé superbe. On ne connaissait à Hubert qu'une passion vive, irrésistible, furieuse: la chasse. Chaque jour, il était à la chasse, parcourait la forêt dont les halliers impénétrables étaient peuplés de sangliers et de loups, et ne rentrait à son château qu'à la nuit pleine. Il savait que, pour les chrétiens, le cerf devait à sa noblesse d'être l'animal privilégié de Notre Seigneur Jésus-Christ; pourtant il se réjouissait d'entendre le cerf gémir, lorsque les chiens le tiennent rendu, et, en lui trouant le flanc avec l'épieu, sa main ne tremblait pas le moins du monde. Hubert attendait même, avec grande impatience, qu'il lui fut donné de rencontrer le fameux et presque introuvable cerf blanc, mais pour le seul fait de sa grande rareté, et non parce que sa mort octroyait au chasseur, comme chacun le savait de père en fils en Ardenne, le droit de baiser à son choix les lèvres de la plus douce et mignonne pucelle.
Un jour d'hiver, Hubert partit a cheval pour la chasse, dès les premières lueurs de l'aurore. C'était le jour de la fête de la Nativité de Notre Seigneur. Et comme il commençait à chasser, un cerf dix-cors, entièrement blanc, d'une taille extraordinaire, bondit d'un fourré et s'élança devant lui, l'entraînant dans les profondeurs de la forêt où le galop de son cheval le poursuivit. Après plusieurs heures, le cerf ne montrait toujours aucune fatigue alors que Hubert était rompu. Pourtant la course folle continua. Soudain, il s'arrêta net. Dans une vision de lumière, Hubert vit entre les bois du cerf l'image du Crucifié et il entendit une voix qui lui disait : Hubert ! Hubert ! Jusqu'à quand poursuivras-tu les bêtes dans les forêts ? Jusqu'à quand cette vaine passion te fera-t-elle oublier le salut de ton Ame ? - Hubert, saisi d'effroi, se jeta à terre et, comme Saint Paul, il interrogea la vision : Seigneur ! Que faut-il que je fasse ? - Va donc, reprit la voix, auprès de Lambert, mon évêque, à Maestricht - Convertis-toi - Fais pénitence de tes pêchés, ainsi qu'il te sera enseigné - Voilà ce à quoi tu dois te résoudre pour n'être point damné dans l'éternité - Je te fais confiance, afin que mon Eglise, en ces régions sauvages, soit par toi grandement fortifiée. Et Hubert de répondre, avec force et enthousiasme: Merci, ô Seigneur - Vous avez ma promesse - Je ferai pénitence, puisque vous le voulez - Je saurai en toutes choses me montrer digne de vous !
Hubert, duc et maire du palais des rois d'Austrasie, tint parole. Il se rendit auprès de Lambert, son évêque, qui le reçût avec joie. Il implora sa protection, l'assurant qu'il voulait consacrer a Dieu le reste sa vie commencée dans l'impiété. L'évêque lui donna sa bénédiction en Notre Seigneur Jésus-Christ et le mit sur la voie vertueuse et difficile du salut. Abandonnant palais et richesses, renonçant à toutes les vanités de ce monde, Hubert se retira à Andage, dans les bois de Chamlon, ou Notre Seigneur s'était montré à lui dans les ramures d'un cerf blanc, sous la forme d'une croix étincelante. Vêtu d'une rugueuse cotte de mailles appliquée sur sa chair, ne mangeant que racines, Hubert vécut là sept années, dans le recueillement, uniquement occupé à prier pour son salut. Il y vécut pauvre et parvint au complet détachement des biens de la terre, et même à oublier entièrement le trouble enivrant qui l'agitait lorsqu'il allait à la chasse, cette chasse qui n'avait été pour lui qu'une illusion de bonheur agréable et dangereuse. Mais le bruit de sa conversion se répandit dans toute l'Ardenne. Et les païens, en apprenant que cet homme si réputé, ce grand chasseur, ce très haut et noble seigneur, avait avec éclat embrassé la religion du Christ, furent ébranlés dans leurs convictions détestables et se convertirent en masse. Bien des idoles furent alors détruites ou abandonnées, telles ces statues de la Diane chasseresse, dont Hubert, jadis, n'avait pas été sans subir le charme. Ainsi Dieu, dans sa profonde sagesse, avait suscite aux incroyants l'apôtre le plus irrésistible et le plus séduisant … ».

Quelle est la part de vérité de cette légende ? On peut tout au plus préciser que l'Église a longtemps rencontré bien des difficultés à faire rentrer les seigneurs dans le rang, ou plutôt dans les églises, car chassant à tout moment, lorsqu’ils daignaient y pénétrer, ce n'était généralement qu'en compagnie de leurs meutes … La passion de la chasse n'était d'ailleurs pas uniquement l'apanage de la noblesse : les papes, jusqu'à la fin du Moyen Age, ont dû édicter des bulles pour interdire la chasse aux ecclésiastiques ! Il est en fait bien possible que la légende de Saint-Hubert, doive son succès à la nécessité de christianiser les coutumes cynégétiques à une époque bien tourmentée …

L’histoire nous éclaire cependant un peu plus : de très grande famille (probablement apparenté aux Pépin), Hubert était sans doute marié quand il fut élu évêque de Maastricht vers 705 et il travailla sans relâche à extirper de son diocèse les vestiges de l’idolâtrie païenne. Le 24 décembre 717 (ou 718), il transféra de Maastricht à Liège les reliques de son prédécesseur immédiat, le martyr Lambert. Liège devint ainsi siège épiscopal. Hubert mourut à Tervueren en 727 et fut enseveli à Liège. On porta ses reliques devant l’autel le 3 novembre 743, et c’est à l’anniversaire de cette cérémonie que fut fixée sa fête. En 825, on donna une partie de ses reliques au monastère d’Andage dans les Ardennes, qui prit le nom de Saint-Hubert. C’est là que se développa la légende du saint, qui d’évêque fut transformé en jeune seigneur chasseur. Dans ce monastère, on élevait une race de chiens qui prirent son nom, et on allait désormais invoquer le saint contre la rage …



Le 22 Octobre 2002 : Dîner-Débat avec les instances européennes.

Le mardi 22 Octobre 2002, le caveau KLIPPFEL à Barr, accueillait un dîner débat à l’initiative de l’A.B.R.C.G.G. dans un but d’information afin de mieux appréhender ce que nous réserve les instances européennes sur l’avenir de la chasse en Europe.

Dans le cadre de l’actualité, le député européen J. DAUL nous a rappelé les principales réformes de la PAC qui sont directement liées au concept de « chasse durable », ceci avant d’aborder les travaux de la commission Chasse, Pêche et Environnement. Cette commission essaye d’harmoniser les textes tout en conservant une démarche de subsidiarité dans ces différents domaines.
L’objectif n’est pas de « tuer » la chasse traditionnelle sous prétexte d’une harmonisation européenne.

Les points suivants ont pu être abordés et débattus :

. Le permis de Chasse Européen
Il n’existe aujourd’hui aucun texte, ni dossier en cours. Il s’agit bien évidemment d’une lacune sur le plan européen. Mais ne faut-il pas conserver le particularisme de chaque zone de chasse ?
. La circulation des armes de chasse
Point crucial, où la seule réponse est un semblant d’harmonisation par le fameux « Passeport Européen » destiné à faciliter le transport et la détention temporaire dans les différents états membres.
. Le partage de la Nature
Ce dossier fait l’objet d’un travail actuellement par la Commission. J. DAUL précise qu’il est et reste à la disposition des chasseurs afin d’ouvrir le débat et de réunir les différents utilisateurs des biotopes de manière à ce que les chasseurs ne soient pas les seuls payeurs et que tout le monde soit responsabilisé, impliqué en tant qu’acteur et gestionnaire des sites.
. Le traitement et l’écoulement de la venaison
Hormis un texte adopté en première lecture par le parlement européen concernant la réglementation pour la commercialisation de la viande de gibier, précisant les modalités prophylactiques lors de la mise en vente des carcasses, on se heurte toujours à la rigueur des textes des services vétérinaires.
. Les dégâts de gibier
J. DAUL précise en guise liminaire, qu’il faut, dans ce domaine, faire le distinguo entre chasseurs de plaine et de forêt. Les chasseurs doivent être à l’initiative de nouvelles propositions au niveau des instances concernées. Il est évident, qu’en cette matière, la responsabilité des chasseurs est engagée, et malheureusement, d’après J. DAUL, beaucoup de partenaire ne « jouent pas le jeu » et il ne faut pas que ces personnes entraînent toute la collectivité des chasseurs vers une dégradation certaine des relations avec les différents acteurs économiques des lieux de chasse.
. La consultation de l’A.N.C.G.G. par les commissions du parlement européen
La question se pose également de la consultation de l’A.N.C.G.G., en tant que véritables spécialistes du grand gibier par les différentes commissions du parlement.
J. DAUL rappelle qu’il est nécessaire que les associations montent des dossiers, et fassent des propositions constructives tout en activant un battage médiatique à leur cause pour accélérer de nouvelles ouvertures aux négociations. Ce n’est qu’en nous faisant entendre d’une voix unanime que nous assurerons ensemble la pérennité de la chasse.

Pour finir…

Dans le cadre de ce débat en « direct », J. DAUL a fait des ouvertures dans un esprit constructif dans lesquelles chacun pourra se reconnaître.
Il est fondamental que tous les chasseurs participent à la reconquête d’une image dans laquelle nous pourrons être reconnus comme des spécialistes compétents capables de gérer un patrimoine commun.

Remerciements : l’Association Bas-Rhinoise des Chasseurs de Grand Gibier tient à remercier tous les orateurs et les participants à ce dîner débat. L’A.B.R.C.G.G. s’efforcera dans les mois qui viennent de renouveler ce type d’expérience.



Le jeudi 15 septembre 2018 à 19 h : conférence "Armes et Munitions de Chasse - EVOLUTIONS

La conférence annuelle aura pour thèmes :
« ARMES et MUNITIONS DE CHASSE – ÉVOLUTIONS »

Elle aura lieu le jeudi 15 novembre à 19 h à l’Espace Terminus :
Place de l’Ancienne Gare
67370 TRUCHTERSHEIM

Elle sera animée par Jean-Claude TOLPHIN, journaliste spécialisé dans les essais d’armes et de munitions de chasse et Président d’Honneur de l’Association des Chasseurs de Grand Gibier du Gard.

À la suite de sa présentation, Jean-Claude TOLPHIN aura plaisir à échanger et à répondre à toutes vos questions.

Entrée libre pour cette soirée ouverte à tous, rythmée par les sonneries des cornistes de l’ABRCGG et ponctuée d’instants de convivialité au cours desquels nous retrouverons les délices salés et sucrés des Arboriculteurs de Truchtersheim et Environs.