Association départementale des Chasseurs de Grand Gibier de l'Aube



      Accueil
      Brevet Grand Gibier
      Cotation des trophées
      Activités de l'Association
      Actualités
      Situation du département
      Conducteurs de chiens
        de sang
      Le mot du Président
      Adhésion
      Membres du Conseil
      Quiz Grand Gibier
Le mot du Président


RAPPORT MORAL Juin 2021

Je relisais récemment mon rapport moral 2020 au cours duquel j’ai longuement parlé de la pandémie, des restrictions imposées entrainant de facto d’énormes répercussions sur les activités de notre association. Ce rapport moral est plus que jamais d’actualité car, depuis, nous avons subi une 2ème puis une 3ème vague nous amenant à aujourd’hui, en attendant, peut être, une 4ème à l’automne si l’immunité collective n’est pas suffisante. 18 mois que cela dure, c’est un véritable tsunami qui a mis à mal notre façon de vivre et qui a impacté durement, comme tant d’autres, notre association, et notre passion. Pour ma part, j’ai très mal vécu cette saison de chasse.
Mais en était elle une vraiment puisque nous étions soumis à une autorisation administrative pour une mission d’intérêt général. Comme dans le canton de GENEVE, nous sommes devenus des gardes de l’environnement chargés de la destruction des espèces susceptibles de causer des dégâts (ESOD) en quelque sorte des fonctionnaires de la mort, pas rémunérer pour autant. Toute la beauté de l’acte de chasse, la convivialité, la passion a été dénaturée, balayée d’un revers de confinement. Toutes ces journées passées dans la nature se sont révélées mornes et sans grand intérêts.
Cette année encore, nous avons du annuler certaines activités dont l’exposition des trophées pour la deuxième année consécutive. Cet outil est pourtant indispensable pour connaitre l’évolution de l’espèce cerf et juger si la gestion mise ne place est en adéquation avec la population existante. La seule donnée restante et fiable est l’état des réalisations.
Après le record de prélèvement de l’an dernier (11958), le sanglier se porte encore bien mais le tableau est en baisse (10861) soit 1097 de moins. Cette baisse semble confirmer la diminution des populations constatée dans de nombreux massifs. Le sanglier étant de la majorité des dégâts (87%),
l’évolution des surfaces détruites montre aussi une baisse significative avec un seuil acceptable.
Pour la deuxième année consécutive, les prélèvements de l’espèce chevreuil sont en dessous de la barre symbolique de 90% (87.3%). Attention DANGER car si la canicule peut expliquer en partie cette
baisse, les attributions ne sont plus en adéquation avec la population existante.
Pour le mal aimé cerf, les années se suivent et se ressemblent. L’augmentation des réalisations (+95) ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt quand bien même le taux de réussite reste encore correct.
Il est passé de 77.2% à 73.6%. L’explication de ce taux encore élevé est la conséquence de l’exception du camp de MAILLY. Les attributions sont en constante augmentation (+ de 850 cette année), et les réalisations se maintiennent au sommet (95% voir plus), ce qui biaise la réalité de terrain.
La pandémie et les confinements successifs ont eu un effet négatif prononcé auquel je ne m’attendais pas vraiment, sur l’effectif de nos adhérents. Pourtant nous avons essayé, JEAN JACQUES en particulier, de maintenir notre présence avec la mise à jour régulière de notre site. Je sais pertinemment que tout le monde n’a pas obligatoirement d’adresse mail. C’est décevant d’autant plus que les raisons sont le plus souvent obscures. Notre AD n’est pas la seule dans ce cas. L’an dernier, j’avais abordé l’actualité nationale qui était faite d’attaques en règle contre la chasse avec l’enquête du journal LE POINT et le RIP (référendum d’initiative partagée) qui n’a d’ailleurs pas vu le jour pour l’instant. Depuis la fondation BARDOT y est allée d’affiches faisant l’apologie de la stigmatisation, de l’incitation à la haine des chasseurs. L’affaire a été portée en justice WAIT and SEE.
Autoproclamés écologistes, les verts ont eu des actions sur le terrain pour utiliser ce terme….. Rien sauf à faire de l’écologie punitive. Rappelez-vous, suite aux succès lors des municipales, ils n’ont pas tardé : interdiction des cirques peut être même des zoos, des spectacles aquatiques, haro sur le tour de FRANCE et le sapin de noël, journées sans viande, attaque de la pêche sur les esches et les clubs aéronautiques…. Maître de la pensée unique, ce sont des gens néfastes, dangereux, en fait des ayatollahs qu’il nous faut combattre voire neutraliser.
Depuis, grâce à Willy SCHRAEN président de la FNC, la riposte s’organise. Un sondage IFOP, paru dans valeurs actuelles démontre que 2/3 des Français, pour peu qu’ils apprennent à connaitre la chasse, sont favorables et qu’elle fait partie des traditions rurales à maintenir. Nous ne sommes plus les vilains petits canards. La légitimité de nos actions environnementales (protection des zones humides, haies et jachères, veille sanitaire et bien d’autres) est enfin pleinement reconnue. Ne nous cachons plus car le dialogue est possible. Début juin, un collectif ruralité a entrepris une enquête nationale intitulée : LAISSER RESPIRER LES RURAUX rassemblant toutes les sensibilités. Pour y avoir participé je n’ai pas encore le résultat mais en fin de matinée, plus de 350000 personnes s’étaient connectées. Il y a urgence à défendre la liberté pour chacun de choisir son mode de vie. Sauvons nos valeurs et nos traditions. Mi juin, j’ai reçu un appel à mobilisation de TASK FORCE NUMERIQUE FNC pour participer à une consultation publique, seul moyen de faire entendre notre voix avant la prise de décisions administratives qui pourraient impacter l’environnement et la pratique de la chasse. Ce sont deux projets d’arrêtés portant sur les chasses traditionnelles (à la glu et alouettes) et sur la prolongation des moratoires relatifs à la chasse du courlis cendrés et de la barge à queue noire.
Vous allez me rétorquer ; mais nous sommes grand gibier : NON nous ne devons plus rester chacun dans notre tour d’ivoire et c’est le message que je souhaite faire passer aujourd’hui. Quelque soit le mode de chasse attaquée, nous devons être là, nous serrer les coudes et apporter notre aide par notre participation à toutes enquêtes ou sondages d’opinions. Ne donnons pas le bâton pou nous faire battre, il en va de la pérennité de notre loisir.
EN SAINT HUBERT

7 Janvier 2021. Le mot du président

Nous venons de vivre une année 2020 particulièrement difficile et chaotique qui restera gravée dans nos mémoires par l'ampleur des bouleversements engendrés par la pandémie COVID 19. Aujourd'hui encore l'avenir est très loin d'être dégagé et 2021 ne démarre pas sous les meilleurs auspices.
La réticence de nos compatriotes face à la vaccination m'inquiète au plus haut point car pour vaincre cette pandémie, il est primordial d'obtenir une immunité collective suffisante. Nous devrions pourtant retenir les leçons de notre histoire depuis le moyen âge à nos jours car il y a eu quelques épidémies sévères qui n'ont été enrayées que par un traitement adéquat (quand il y en a un) mais surtout par la vaccination (PESTE, CHOLERA, VARIOLE, TYPHUS, POLIOMYELITE,......)

Pour notre AD, l'année s'est soldée par l'annulation de toutes nos activités. Votre conseil d'administration n'a pas baissé les bras en essayant de vous informer en tenant à jour nos site internet (AD, FDCA) spécifiques.

Durant cette période, le conseil n'a pu se réunir que 2 fois et l'assemblée générale statutaire s'est tenus en septembre en petit comité. Pour 2021, nous avons reconduit les mêmes activités avec l'espoir qu'elles puissent avoir lieu (voir la rubrique activités)

2021 sera une année importante pour votre AD avec des élections , renouvellement de 5 postes d'administrateurs plus 1 poste d'administrateur coopté à la dernière AG. Si vous êtes intéressés pour venir nous donner un coup de main, envoyez nous votre lettre de candidature: AVIS AUX AMATEURS.....
2021 sera l'année des 35 ans d'existence de votre AD que nous souhaitons fêter par une journée conviviale et familiale en septembre (sans doute le 11). Dés à présent retenez cette date et venez nombreux.

Pensez à renouveler votre cotisation et votre abonnement à Grande Faune dés maintenant.

Au nom du conseil, je vous présente nos meilleurs vœux sur le plan cynégétique mais surtout la santé avant toutes choses.

En Saint Hubert,
Jean Marie FRIEDRICH

Rapport moral 2020

Cette année 2020 restera à jamais gravée dans nos mémoires du fait de cette pandémie COVI19 et qui a causé des ravages dont on ne mesure pas encore l'étendue des dégâts. Notre pays, comme tous les autres, a connu une éclipse totale de 3 mois, véritable mise en hibernation à la manière des ursidés. Les activités prévues et mises en place par votre AD ne sont plus que des souvenirs lointains car nous avons dû, comme beaucoup d'autres, les annuler: FDCA fermée, stand de tir bouclé, confinement total, restriction de déplacement, limitation de rassemblement tous les ingrédients étaient réunis pour cela. Les conséquences pour l'AD sont multiples et vont du manque de contact, (éventuellement par mail), aucune présence sur le terrain nous permettant d’attirer de nouveaux adhérents, pas d'activités et par conséquent un impact financier non négligeable: pour rappel, bien avant les cotisations de nos adhérents, nos ressources découlent de l'exposition des trophées et surtout de l'open sanglier grâce à nos sponsors. Je vous rassure tout de suite, votre AD devrait survivre à ce régime forcé. Je dois remercier ici JEAN-JACQUES du travail effectué pour maintenir notre site vivant, réactualisé constamment parce qu'il est le seul contact possible avec nos adhérents. Concernant le BGG que nous avons mis en place en 1993, sans aucun manque depuis, après échanges de mails entre les membres du bureau, nous avons dû, la mort dans l'âme, nous résoudre à l'annuler pour cette année. Si les causes sont multiples, la raison essentielle de notre décision était la perte rédhibitoire du contact relationnel avec nos candidats.
Il a été question de faire la préparation au BGG par visioconférence: j’ai eu l'occasion de tester cette pratique avec la FDCA,(réunion de bureau, CA). Mon ressenti m'amène à penser qu'il s'agit d'un pis aller: images et sonorité plus qu'imparfaites, brouhaha si plusieurs parlent en même temps, connexion internet aléatoire avec des interruptions, en somme pas vraiment de sérénité. Nous ne pouvions pas proposer à nos candidats une préparation qui ne soit pas d'excellente qualité pour leur donner toutes les chances de réussite.
L'actualité récente montre que la pandémie repart de plus belle, la pratique de la chasse collective sera de facto perturbée. Les réunions habituelles du matin (le rond) et du midi (le repas) devront être repensé différemment pour respecter les gestes barrières qui sont impératifs (distanciation, masque, gel hydroalcoolique).
Les présidents de chasse doivent y penser dès à présent car du fait du rebond de la pandémie lors de réunions familiales, des mesures contraignantes pourraient être prises par les autorités. A MEDITER.

Au plan national, le président MACRON a pris la décision d'interdire cette année la chasse à la glu, chasse traditionnelle pratiquée dans 5 départements français, autorisée par l'Europe (dérogation). Les espèces concernées sont pourtant en bonne conservation, peu de prises, sélective puisqu'il est toujours possible de relâcher l'oiseau, encadrés strictement.
Il avait reçu plusieurs fois les représentants de la chasse et avait, d'après les dires une oreille attentive à l'encontre des chasseurs. MAIS, car il y a un mais, les élections sont passées part là et la couleur verte est devenue à la mode: le VER est dans le fruit. Pour donner quelques gages à BARBARA, ministre de l'écologie anti-chasse comme toujours et pensant à sa réélection (quelques voix à gratter),il a donc signé l'arrêté, la parole des chasseurs n'a pas pesé lourd...Dans le même ordre d'idées, à l'instigation d'un journaliste et d'autres personnes, un projet de RIP(référendum d'initiative partagée) a été lancé et le thème concerne la condition animale. Parmi les différents sujets proposés, la chasse est en bonne place avec la mise en cause des chasses traditionnelles et la vènerie. Pour que ce projet puisse voir le jour, il y a des conditions :obtenir l'avis favorable d'un certain nombre de députés(189 ?).Le quota atteint, une enquête publique est déclenchée pour arriver à un nombre favorable de plus de 4,5millions(?). Averti par l'AN avec une lettre type a adressé aux députés et sénateurs du département, je me suis rapproché de la FDCA et de BB ,J'ai été rassuré car nos représentants sont soit chasseur ou favorable sauf peut être l'un d'entre eux qui est en partance. Regardant SEASONS, J'ai suivi l'interview de W.SCHRAEN,président de la FNC et commentant justement ce RIP.Je vous résume sa pensée et il n'y va pas par quatre chemins.Puisque les députés signataires délèguent leur pouvoir de faire les lois à d'autres,ilsdoivent dmissionner de leur mandat car ils ont abandonné la mission confiée par leur électorat. D'ACCORDavec lui.Une enquête du journal LE POINT,il y a quelques jours, posait la question suivante: doit on interdire la chasse. Toujours sur la sellette et mis en cause régulièrement par les AYATOLLAHS de l'écologie(dixit le garde des sceaux), les chasseurs doivent impérativement se serrer les coudes, aller au front uni, répondre absolument à toutes les enquêtes diligenter par les écolos-bobos. Au plan départemental, la situation de nos trois espèces de grand gibier est contrastée. Le sanglier se porte bien avec près de 12000 prélèvements(11958),un chiffrerecord reflétant l'engagement et l'action des chasseurs pour contrôler cette espèce très prolifique. Néanmoins,le bilan des dégâts 2019 montre une forte hausse des surfaces sinistrées(557 au lieu de 332).Les zones à enjeux sont aunombre de 12 et seront particulièrement surveillées et encadrées avec mise enplace d'obligations légales à réaliser. D'après le retour de terrain, la reproduction,cette année, est excellente et les chasseurs devront se montrer à la hauteur des objectifs fixés pour diminuer ces populations pléthoriques. Le sanglier est un animal qui s'adapte à toutes les situations et le réchauffement climatique lui permet d'avoir une mortalité naturelle moindre. De plus, il semble que la biologie de l'espèce se modifie avec, semble t'il, une tendance à la disparition de l'anoestrus estival. Alors prudence et AGISSONS. Globalement, le chevreuil se porte bien sur l'ensemble du département mais la prudence est de mise car c'est la première fois que le chiffre des prélèvements se situe au dessous de 90% (87,49%).La canicule de l'an dernier et de cette année impacte la reproduction: de nombreuses chevrettes sont vues non suitées. Par ailleurs, comme son grand frère, le chevreuil commence à subir les foudres des forestiers de tout poil.
A l'exception du camp de MAILLY, le cerf se trouve dans une situation délicate que le taux de réalisation moyen départemental (77,2%) ne doit pas cacher. Les chiffres portés à votre connaissance tout à l'heure montre que la pression de la part des forestiers ne se relâche pas et les attributions 2020 ne correspondent pas à la réalité du terrain. Je suis toujours surpris en parcourant les demandes des chasseurs lors des sous commissions de plan de chasse : réalisation en berne voire nulle mais ils demandent toujours plus. Lors des battues, ils sont à même de constater l'état du cheptel présent et peuvent alors adapter et étayer leurs demandes, car il y a peu d'endroit ou un comptage est possible. La conclusion: ils sont MASO...... Une inquiétude supplémentaire vient encore assombrir l'horizon des cervidés.
Dans le dernier grande faune, un article aborde le rapport de la cour des comptes concernant la filière forêt-bois. Ceux qui sont abonnés ont pu en prendre connaissance. Il ne fait aucun doute que celui ci repose pour une bonne part, sur l'influence de l'ONF. Les auteurs de ce rapport demandent à l'état d'intervenir dans la gestion cynégétique avec comme préconisation: suspension temporaire des plans de chasse, rétablissement du droit d'affût, inscription des cerfs et des chevreuils sur la liste ESOD. RIEN que CA j'en ai froid dans le dos. Bouc émissaire idéal, les cervidés seraient les fossoyeurs des forestiers... L'actualité nationale toute récente montre à quel point le terme d'AYATOLLAH va comme un gant au groupe EELV (écolo). Le maire de LYON s'est attaqué au monument national qu'est le tour de FRANCE parce que loin d'être écologique et surtout machiste. N'étant pas en reste dans la surenchère, celui de BORDEAUX s'en prend au sapin de Noël, arbre mort. Que dire devant tant de bétises, d'irresponsabilités. FRANCE ton pays fout le camp.
Pour terminer, je vous suggère de vous procurer la lettre de la fondation François SOMMER qui aborde les scénarios possibles pour la chasse à l'horizon 2040, intéressant, enrichissant.


Rapport moral juin 2019

L'actualité cynégétique de l'année écoulée a été riche en évènements, aussi, je vais en faire un tour d'horizon et vous commenter les faits qui m'ont le plus marqués.
Au plan national, la PPA a fait la une de tous les journaux cynégétiques et autres. Je ne m'étendrais pas sur le sujet que nous avons déjà abordé et que vous avez pu suivre dans la presse. Je souhaitais remercier ici l'association départementale des chasseurs de grand gibier des ARDENNES en la personne de JM.THIERNESSE et de sa présidente Mme COFFINET pour les mails envoyés régulièrement depuis SEPTEMBRE 2018 nous donnant l'évolution de la situation. Un grand coup de chapeau aux chasseurs de ces départements pour leur mobilisation et le travail effectué: grâce à ces bénévoles, cette épizootie est contenue. Mais attention, ne baissons pas la garde car il semble que la progression se poursuive en direction du N/O de la BELGIQUE. Pour l'instant, en tous cas, la FRANCE est indemne de cette maladie. Deux nouvelles peuvent nous permettre de garder un certain optimisme. La république TCHEQUE, infestée depuis plusieurs années, vient d'être déclarée en phase de guérison grâce à des mesures draconiennes appropriées. Un vaccin oral vient d'être mis au point en ESPAGNE qui permet la protection des sangliers et l'auto vaccination par les exsudats. Un test grandeur nature montrera l'efficacité de ce vaccin. En attendant, il est de notre devoir de poursuivre les mesures mises en place et d'œuvrer pour ramener les populations de suidés à un niveau raisonnable. Quelque part, cela me rappelle l'épisode de tuberculose bovine en forêt de BROTONNE ou il a fallu éradiquer suidés et cervidés, les animaux sauvages constituant un réservoir d'une maladie transmise par les animaux domestiques. La reforme de la chasse, encore une si j'ose dire, en cours de discussion, fait l'actualité avec un certain nombre de mesures. La première, en cours d'application, a été de passer le permis national à 200€ (en fait 205€) et de supprimer également le timbre grand gibier national. Cette mesure a obtenu la satisfaction générale des chasseurs: elle permettra, peut être, de lutter contre la diminution du nombre des chasseurs. La seconde a trait aux dégâts de gibier et l'on va vers une contribution territoriale généralisée permettant de responsabiliser le territoire créant le plus de dégâts. La troisième mesure est la possibilité d'introduire dans notre droit un délit d'entrave à la chasse. Là, je suis plus circonspect car n'oublions pas que le juge est libre de son interprétation et donner satisfaction aux chasseurs.....wait and see. La quatrième mesure parle de la création d'une police de la ruralité et des territoires, donc du domaine des fédérations de chasseurs. Est ce la conséquence de la mise en place de l'OFB incluant l'ONCFS qui n'aurait plus le temps pour s'occuper de la police de la chasse. Du côté de notre FDCA, je n'ai entendu parler de rien. La cinquième mesure sera la mise en route d'une gestion adaptative par espèce: concept nouveau et très séduisant sur le papier. Cette gestion existe, est appliquée aux USA et CANADA, donne satisfaction parce que les décideurs peuvent prendre appui sur les associations spécialisées donnant des informations capitales et rigoureuses. Si cette mesure est retenue, un comité d'experts sera nommé pour piloter et mettre au point cette gestion; nommé par qui, composé de qui, là est question. Compte tenu de nos compétences, le monde de la chasse aspire à une représentation correcte et non pas, comme d'habitude, un strapontin. J'exprime ici ma crainte de voir ce comité composé d'individus dont le but inavoué est de supprimer la chasse prendre des décisions partisanes (voir pour les oies). De cruelles déconvenues seront alors de mise. Au plan régional, un nouveau dispositif expérimental dénommé EFFORT pour effet des ongulés sur le renouvellement forestier a été mis en place sur trois territoires du N/E de la FRANCE par l'ONCFS en collaboration avec l’ONF (TROIS FONTAINES, La Petite PIERRE, ARC en BARROIS). L'objectif est d'étudier la régénération du chêne et du cortège floristique associé dans des forêts de production en comparant des situations contrôlées de présence/absence d'ongulés. Ce dispositif visera à mieux connaître l'impact de chaque ongulé selon des conditions variables de richesse du sol et de pression du gibier. Les conditions abiotiques (climat, sol, eau, lumière) et biotiques (insectes, parasites, pathologies, pression du gibier) seront également prises en compte. Bien que non reconnu comme ICE au congrès de CHAMBORD, c'est le dispositif exclos, enclos hermétique ou sélectif qui a été retenu. L’objectif est de pouvoir discriminer l'effet des trois espèces, direct sur la régénération ligneuse, indirect par la modification de la compétivité des végétaux selon la sélectivité alimentaire: enclos hermétique avec un grillage à 2 m, enclos sélectif cerf grillage à 1m20, chevreuil ouverture de petite taille, sanglier porte battante. Attendons donc que cette étude récemment mise en route arrive à son terme pour en tirer des conclusions.
Au plan local, une première dans le département a été l'organisation de battue administrative à tir au cours de la saison de chasse. La surprise des adjudicataires concernés a été totale mais il faut admettre que la situation l'exigeait au moins pour l'un d'entre eux: dégâts très importants et chasseurs peu concernés malgré les mises en garde. Un prélèvement de 20 sangliers ou plus aux 100HA n'est pas une situation naturelle avec tous les risques que cela comporte, sanitaire en particulier. Avec le nouveau SDGC mis en place, la FDCA a un outil règlementaire pour amener les chasseurs à plus de raisons. Concernant les cervidés, comme vous l'a dit Claude tout à l'heure, seul le massif de SOULAINES est à l'équilibre avec une pyramide des âges bien respectée. Néanmoins, je suis plus qu'inquiet sur l'avenir car le taux de réalisation moyen a encore baissé et se trouve à 63%. Pour RUMILLY/CHAOURCE, la côte d'alerte est dépassée et la catastrophe est proche: il est grand temps de retrouver la raison (47%). L'exposition des trophées a donc bien joué son rôle en mettant en évidence les déséquilibres engendrés par cette politique de réduction aveugle. Elle a montré une fois encore de nombreuses entorses à la réglementation. Pour MAILLY, je comprends que le problème posé par la récupération des trophées soit plus que difficile car cette chasse est un cas particulier: nombreux chasseurs venant de toute la FRANCE voire de l'étranger, plan de chasse considérable. Afin de trouver une solution acceptable pour tous, je vais provoquer une réunion avec l'administrateur du secteur, chasseur au camp, et les responsables de la société militaire pour trouver un consensus: je rappelle que cette exposition est obligatoire(SDGC) et ne souhaite plus voir ce vide sur nos panneaux. L'exposition a pointé du doigt une nouvelle fois les limites du contrôle mis-en place: méconnaissance du nombre de coiffés réalisés, très peu de languettes présentes d'où l'impossibilité de connaître l'origine du trophée. Après réflexion, pour remédier à cette lacune, je vais proposer au prochain CA de la FDCA une mesure à mettre en place dès cette année qui me semble une nécessité et qui nous simplifiera le travail: déclaration de réalisation des cervidés par mail dès le prélèvement. Ainsi, nous aurions un listing précis nous permettant du contrôle des trophées présentés. Il me faudra trouver un consensus là encore.
Pour terminer, je vais vous parler de notre AD qui maintient son cap avec un panel de formations et d'activités: formation tir, optique, munitions, approche, équilibre forêt-gibier, brevet grand gibier, exposition des trophées, open sanglier, fête chasse au château de VAUX, journée DECATHLON nécessitant un travail et une présence de tous les instants. Je ne remercierais jamais assez ceux qui œuvrent pour la réussite de nos activités de PIERRE à MARIE-HELENE en passant par tous les administrateurs de votre AD. Là où le bât blesse, ce sont nos adhérents qui sont le plus souvent aux abonnés absents: OU ETES VOUS ? Rien que pour l'Open nouvelle formule avec sa riche dotation, vous n'êtes pas 10% à prendre part à ce concours. Que peut-on faire de plus? Vous n'avez pas non plus l'excuse de ne pas savoir: le site internet de l'AD est maintenant vivant, renouvelé et mis à jour régulièrement. Pris en charge par JEAN-JACQUES se démenant comme un beau diable, je le remercie d'assumer ce travail harassant. Pour l'open, il avait pris de plus la précaution d'envoyer un mail....ALORS malheureusement, je pense que, comme beaucoup de chasseurs, la chasse terminée, votre centre d'intérêt est ailleurs. Je vous rassure toutefois: ce fait n'est pas une spécificité auboise. Toutes les AD rencontrent le même problème pour fidéliser et faire participer leurs adhérents. Mais loin de baisser les bras, bien que ce phénomène soit lassant voire usant, votre CA va se remettre à l'ouvrage afin de maintenir le dynamisme de notre AD. Ainsi, nous avons en prévision la mise en place d'une NEWWLETTER qui sera trimestrielle pour vous apporter toutes informations utiles, charge pour nous de trouver la matière qui ne soit pas du réchauffé.
Ayant eu plusieurs BUGS en début d'année, plutôt que de réagir de façon virulente, je vous fait une dernière prière: dites nous, appelez nous pour nous signaler vos changements d'adresse postale, mail ou tout simplement le fait de n'avoir pas reçu le courrier de début d'année voire la convocation pour l'AG. Je vous remercie de votre attention, en SAINT HUBERT.

Rapport moral juin 2017

Je souhaitais vous parler aujourd'hui de l'avenir de la chasse au grand gibier qui me semble compromis à plus ou moins long terme.
Dans un article que j'ai fait paraître en Septembre 2011 et qui m'a valu les foudres des forestiers de tout poil, je vous faisais part de ma très grande inquiétude pour la grande faune sauvage, grands cervidés en particulier mais également le chevreuil pris dans la même tourmente.
Il existe en effet une insoutenable pression des forestiers, ONF et privés, épaulés de quelques édiles, avec l'aval de l'administration, pour une réduction draconienne des effectifs. Ce n'est plus un seul massif qui est concerné mais la totalité de la forêt française d'après les échos obtenus auprès des différentes AD. Le suivi des populations par les ICE ne montre plus de signes de surpopulation. Les méthodes utilisées sont contestables comme l'est la méthode unilatérale de l'ONF de fixer les plans de chasse. Ces quelques extraits, tirés de mon article sont plus que jamais d'actualité.
Dans le chasseur de l'AUBE de juin 2017, vous avez pu lire que l'avenir des cerfs est en danger dans nos forêts suite à la politique actuelle des forestiers et de l’administration, préfet en tête qui pousse à une réduction drastique des populations. Cette situation qui consiste à faire croire qu'elles sont en phase d'accroissement pour justifier l'hallali des cervidés ne peut être acceptable. Expliquer les problèmes de la sylviculture par la présence des cervidés me semble un prétexte fallacieux. Vous pourrez alors comprendre combien est grande mon amertume de ne pas avoir été entendu autant que suivi pour en arriver aujourd'hui à un constat similaire.
Pour enfoncer un peu plus le clou, un document émanant du préfet de région, appelé document de travail, nous donne une longue liste des outils utilisables pour concourir à l'obtention de l'équilibre sylvo-cynégétique.
Je vais vous en faire maintenant un résumé:
Augmenter les réalisations par l'augmentation significative des prélèvements (50%). Fixer le maximum au niveau de la plus forte demande.
Favoriser la mutualisation des plans de chasse (attribution territoriale, légalité). Mettre un suivi précis des réalisations par des contrôles (GIC). En cas de non réalisation des minimas, fournir les éléments permettant d'apprécier les moyens mis en œuvre.
Mettre en place des ICE (en tenir compte). Analyser l'exercice de la chasse (contrôle des jours et zones chassés). Ne modifier sous aucun prétexte les objectifs fixés même en cas d'ICE bon.
Agir dans les zones refuges (ne pas avoir des zones de non chasse). Accroître le nombre de bracelets en première intention. Fixer des minimas obligatoires avec sanctions si non réalisés.
Augmenter la pression de chasse (plus de chasses collectives). Organiser des battues concertées entre territoires voisins. Prescrire des battues spécifiques pour les grands cervidés.
Former les responsables de chasse. Augmenter l'efficacité des chasseurs par un entrainement au stand de tir.
Supprimer le plan de chasse chevreuil.
Véritable déclaration de guerre, cette longue liste non exhaustive corrobore notre constat sur la volonté administrative de réduire les populations à leur plus simple expression.
Tout le travail fourni par les FDC (agrées au titre de la protection de la nature) effectué dans le but d'une bonne gestion de la faune sauvage, est réduit à néant (EXIT les ICE, comptage IKA, commissions et sous-commissions, GIC,..)
La chasse est pour moi un loisir, une liberté qui doit se pratiquer avec plaisir tout en respectant une éthique irréprochable. La charte des chasseurs de grand gibier est là pour le rappeler.
Un article paru dans le journal du chasseur (FDC du sud-ouest) m'a interpellé car concernant le sanglier et sa régulation pas naturelle.
L'ARDECHE est un département avec une forte déprise agricole dont la principale conséquence est l'apparition d'une végétation arbustive anarchique, abri idéal pour sus scrofa. Devant les difficultés rencontrées par les chasseurs pour sa régulation, d'aucuns ont imaginé certains moyens pour y parvenir.
La maladie de l'OEDEME est apparue et a mis au tapis de nombreux sangliers. L'article en question portait sur l'origine de cette maladie due à un germe super actif (colibacille), résultat d'une manipulation génétique. Questionnés sur le sujet, l'administration et le laboratoire se sont retrouvés en grande difficultés pour donner une explication plausible.
Ne nous refait on pas le coup de la myxomatose......... Une autre voie semble avoir les faveurs de la confédération paysanne ardéchoise qui se positionne pour la stérilisation des sangliers. Quant aux autres menaces sur la chasse, vous les connaissez autant que moi. Le bien-être animal, nomination de N.HULOT amoureux éperdu des chasseurs.
Voilà chers amis le message que je voulais partager avec vous: mon inquiétude est grande car le monde de la chasse n'est pas assez solidaire pour faire face et montrer notre force.

Rapport moral juin 2016

Récemment alors que je pensais les choses définitives acquises, il y a eu la tentative de remise en question, par une personnalité du monde agricole, de l'obligation pour la chasse à l'approche d'avoir une arme à canon rayé et dispositif de visée pour cette pratique sous prétexte que cette disposition empêcherait un grand nombre de chasseurs d'en faire-la demande au motif d'un coût financier prohibitif.
Peu de temps auparavant, une demande d'autorisation de tir à plomb du chevreuil avec possibilité de le chasser en même temps que l'ouverture générale pour le petit gibier avait été faite sous prétexte que le tir à balle pouvait représenter un danger.

Des tentatives de retour en arrière, il y en aura toujours et il nous faut rester vigilant.
La conséquence est le nécessaIre établissement d'un dossier argumenté, d'ou perte de temps et d'énergie.
Vous qui êtes adhérent de l'ANCGG, qui avez passé le Brevet Grand Gibier, qui êtes des convaincus et dont la bible est la charte des chasseurs de Grand gibier, c'est sur vous que je compte vous faire passer le message dans chacune de vos société de chasse, de vos réunions et ainsi de faire évoluer les mentalités comme autant de petits ruisseaux font grossir les rivières.
L'ANCGG a senti la nécessité de mettre en place une formation spécifique pour cette chasse si prenante et si belle. Depuis sa création, le brevet grand gibier a subi, si j'ose dire, un tir nourri émanent d'instances cynégétiques représentatives ou de responsables de chasse.
La raison, les raisons devrais je dire, sont multiples, si elles sont connues il ne m'appartient pas de les énumérer ici.
Simplement, je dirais que nous dérangeons, nous sommes les empêcheurs de chasser en rond