Association départementale des chasseurs de grand gibier de Lozèrete



      Accueil
      Brevet Grand Gibier
      Cotation des trophées
      Activités de l'Association
      Actualités
      Situation du département
      Faune, habitats, chasse
      Conducteurs de chiens
        de sang
      Le mot du Président
      Adhésion
      Membres du Conseil
      Quiz Grand Gibier

Bienvenue en Lozère !
Des Cévennes aux grands causses, en passant par l'Aubrac, la Margeride, le massif du mont Lozère et l'Aigoual...vous n'en sortirez pas indemne !
La beauté des paysages et leur diversité font de ce pays, un des plus beaux de France !
Les chasseurs de grand gibier se mobilisent pour gérer et péréniser les populations de grands animaux, afin que tous les utilisateurs de la Nature puissent aussi profiter de leur présence majestueuse, gracieuse ou mythique selon le cas, mais indispensable à la vie sauvage.....
Jean-Claude TOLPHIN


ADCGG 48 - Association départementale des chasseurs de grand gibier de Lozèrete
bergerie du prat del cros : Bergerie du Prat del Cros
F 48400 BASSURELS
Tél. : 09 61 31 66 37 - Portable : 06 31 12 90 89
E-mail : jeanclaude.tolphin@gmail.com

Contact principal : Jean-Claude TOLPHIN PRESIDENT
Tél. Dom. : 04 66 60 32 41 - Bur. : d° - Fax :04 66 60 32 55
E-mail : jclaudetolphin@aol.com

Les dernières nouvelles
28 Mars 2011 - Le mouflon en Lozère en 2011

Le mouflon en Lozère.
Plusieurs populations de mouflons occupent des sites bien précis, en Lozère.
La plus importante, est indéniablement, celle qui a colonisé, une partie du causse de Sauveterre, sur la rive droite du Tarn. La seconde, c’est celle d’en face, sur le causse Méjean et la troisième, celle de Saint Rome de Dolan, à cheval sur la Lozère et l'Aveyron. On citera pour mémoire, celle de Fontmort, pratiquement en face de Cassagnas, bordant la RN 106 et le cours de la Mimente.
Les trois premières populations font l’objet d’un plan de chasse et d’une gestion qui semble efficace, jusqu’à maintenant.
Cette richesse faunistique ne fait malheureusement pas que des heureux et certains esprits chagrins se plaignent de dégâts aux cultures, plus particulièrement sur les céréales d’hiver. Il semblerait cependant que ces déprédations ne soient que ponctuelles.
Des comptages sont régulièrement effectués par la fédération des chasseurs de Lozère, avec l’aide d’un certain nombre de bénévoles disponibles, chaque fin d’hiver, période à laquelle, il est relativement aisé, de dénombrer les animaux présents sur le terrain.
Les estimations ont été effectuées les 19 et 26 mars derniers.
Il ressort de cette action que la population de mouflons est stable, grâce à des plans de chasse raisonnés qui permettent de ne pas excéder la capacité d’accueil des territoires, sans mettre en péril la dynamique des cheptels.
Voici donc les résultats collectés par la FDC 48 et qui nous ont aimablement été transmis, par Christophe Rieutord, maître d’œuvre de l’opération de dénombrement.
Sainte Enimie :
19 mars, 263 animaux (185 sur le causse de Sauveterre et 78 sur le causse Méjean)
26 mars, 232 animaux (146 sur le causse de Sauveterre et 86 sur le causse Méjean)
Soit un total de 271 (meilleur score par zone) alors que l’on comptait 247 têtes en 2010 et 262 en 2009.

Saint Rome de Dolan:
22 mars, 38 animaux cette année contre 58 en 2010 et 59 en 2009.
A noter que la population de Saint Rome de Dolan est à cheval sur la Lozère et l’Aveyron.

Les mouflons de Fontmort et du Mont Mars n’étant pas comptabilisés, ce qui est dommage, surtout qu’ils évoluent dans une ancienne ZIC – ( zone interdite à la chasse ) qui a été durant une bonne trentaine d’année, sous la responsabilité de l’administration du PNC.
Il faut dire que cette population étant peu déprédatrice et non chassée, personne ne s’y est intéressé. C’est peut-être ce qui l’a sauvée ?
De nombreux territoires du département, pourraient pourtant accueillir des populations de mouflons qui pourraient prospérer, sans gêner grand monde….

Jean-Claude Tolphin



9 Février 2011 - BREVET GRAND GIBIER édition 2011

Cette année 2011, voit reconduite l’organisation d’une nouvelle session du Brevet Grand Gibier, en Lozère.
Certaines modifications viennent moderniser les préliminaires de ce brevet qui nécessitaient le déplacement, tous les 15 jours, des futurs candidats, à Mende, où nous étions hébergés dans les locaux très confortables et particulièrement bien agencés, de la FDC 48, en vue des soirées de révision.
Ces déplacements, le vendredi soir, après une semaine de travail, pour nombre de candidats, s’avéraient pour le moins fastidieux et couteux, le tout par des routes incertaines, au cœur de l’hiver.
Cette situation a fait que certains candidats décrochaient, en plus ou moins grand nombre car très fatigante, avec un retour chez eux, souvent très tardif.
De ce fait, les instructeurs se retrouvaient fréquemment, beaucoup plus nombreux que les candidats, ce qui est assez frustrant et économiquement injustifié.
Face à ce type de problème qui n’encourageait pas les candidats potentiels, à parcourir de longues distances, la nuit, en plein hiver, nous avons décidé de procéder différemment, en organisant les séances de révision, au plus près des chasseurs, avec la création de trois centres, sur l’ensemble du département.
C’est ainsi que les chasseurs de l’Est de la Lozère, auront la possibilité de suivre les formations sur le secteur de la vallée Longue, le lieu précis étant la salle des fêtes à Saint Michel de Dèze, ceux de l’Ouest, à La Canourgue et ceux du Nord, à Rimeize.
Quant aux épreuves théoriques, elles auront lieu dans les locaux de la fédération à Mende, le samedi 25 juin prochain, à 9 h00.
Ce sera également l’occasion d’une remise des diplômes, sur le salon de Marvejols qui se tient à la même date.
Les personnes intéressées par le Brevet Grand Gibier et surtout parce qu’il apporte, en terme de connaissances de la vie sauvage, de la sécurité à la chasse, de l’armement spécialisé et de tout ce qui nous permet de vivre en harmonie avec la Nature, que nous défendons contre les attaques dont elle est victime, sauront apprécier cette approche responsable, dans ce monde où la gestion durable est trop souvent un vain mot !
Du Nord Lozère, où Michel Sirvain animera les soirées de révision sur Rimeize, en passant par L’Est où Thierry Turc officiera sur le secteur de la vallée Longue, les candidats rejoindront Pascal Vieville, à La Canourgue, pour tout ce qui est l’Ouest du département.
Bien entendu, ces animateurs ne seront pas seuls et seront assistés par les nombreux brevetés que compte la Lozère qui « rivalise » avec nos amis du Gard, par un nombre aussi important de brevetés, avec seulement le tiers de chasseurs, pour le département.
Michel Sirvain 04 66 31 53 77
Thierry Turc 06 82 34 99 52
Pascal Vieville 06 07 49 13 82

12 Octobre 2010 - Personnalisation des carabines Blaser R93.

Le célèbre graveur Yann Le Baillif, propose différentes plaquettes et calottes, spécialement étudiées, pour la personnalisation des R93 Blaser.
Ce graveur de renom, est en mesure d’effectuer tous les types de gravures, à partir de photos ou d’autres supports. Dans ce cas, il convient de se mettre d’accord, directement avec lui, pour ces tâches spéciales.
Sinon, des motifs sont livrables, à partir de sa collection.
Pour plus ample information : Yan Le Baillif tel : 04 79 84 24 65

6 Octobre 2010 - 10 ans de l'AC3G

L'association départementale des chasseurs de Grand gibier du Gard, fêtait en ce début septembre 2010, son 10e anniversaire.
Elle avait choisi pour cet événement, le cadre d'une manade de Camargue ou les membres de l'association et des associations voisines, étaient chaleureusement conviés.
La première partie de ce rassemblement a été marquée par une ferrade où les différents acteurs gardians, chevaux et taureaux, ont assuré le spectacle.
La seconde partie était dédiée à un sympathique repas au cours duquel, Nicolas Pagès, Gérard Bédarida secrétaire national de l'association nationale des chasseurs de Grand gibier et Marc Valat, directeur de la fédération départementale des chasseurs du Gard, ont pris la parole.
Les déclarations des uns et des autres ont été marquées par la franchise et l'absence de langue de bois, ce qui est de moins en moins fréquent par les temps qui courent....
A découvrir la vidéo en cliquant : http://www.youtube.com/user/Tpafoodutoo#p/u/9/o8Ad7QagIPU

19 Septembre 2010 - COMPTAGE AU BRAME DES CERFS DE LOZERE

Comme chaque année, la FDC48 organise des comptages des cerfs au brame.
Cette démarche particulièrement importante et intéressante, permet de matérialiser le potentiel des populations de cerfs bramant sur le département, principalement au Nord et au Sud.
Si les ajustements, au niveau des attributions, sont régulièrement mis à jour, dans le Nord du département géré par la FDC48, il n'en est malheureusement pas de même dans le Sud et plus particulièrement sur la zone Parc National des Cévennes, où les plans de chasse n'évoluent pratiquement pas et notamment, vers la baisse, même après une mise en évidence, depuis plusieurs saisons, d'une baisse sensible des populations.
Les différentes interventions, du président André Jacques Hettier de Boislambert, dans la revue Grande Faune et de votre serviteur, sur le terrain, restent sans effet, sur une volonté affichée, des autorité du PNC, de réduire encore plus les effectifs.
Mon intervention, il y a maintenant des lustres, auprès d'un forestier se plaignant de dégâts énormes, en vue de lui faire attribuer un plan de chasse, sur son territoire, situé en zone interdite à la chasse ( ZIC), largement rejetée par les "responsables" du PNC, afin de ne pas créer un précédent, vient de se solder par la création d'une chasse aménagée de 500 hectares, permettant ainsi une attribution. A savoir que le minimum requis, pour créer une "chasse aménagée" est normalement de 1500 hectares.
Il faut dire que ce forestier qui se plaignait à juste titre, a traîné en justice le PNC qui ne voulait rien entendre et que le coût de la procédure, dépasse ce qu'il est raisonnable d'imaginer...Mais bon ! c'est aux frais du contribuable...!
Malheureusement, les autorités du PNC ont organisé, durant toutes ces années, des campagnes de chasse, avec des attributions qui ont mis à genoux, la plus belle population de grands cervidés de France.
Si c'est cela, gérer la grande faune dans un parc national, le seul en Europe où l'on chasse...on peut se poser la question de savoir quelle est la définition du mot "gestion" !!!
Ceci dit, pour les comptages 2010, il convient de joindre Christophe Rieutord, technicien de la FDC48 et médaillé « OR » du Brevet Grand Gibier, tel : 06 82 55 25 99.

Jean-Claude Tolphin
président ADCGG48

12 Août 2010 - ROND DE SORCIERE

C'est au cours d'une balade d'été, au plus profond des bois, le 27 juillet dernier, un peu avant 19:00, que notre ami René Renaud à eu l'occasion de photographier ce que l'on appelle « un rond de sorcière ». Les ronds de sorcière sont communément créés au moment du rut du chevreuil, les brocards poursuivant les chevrettes réceptives qui tournent en rond pratiquement sur place, avant d'accepter la saillie.
Rappelons que le rut du chevreuil se déroule habituellement, entre le 14 juillet et le 15 août.
L'œil très exercé de René Renaud, bien connu des chasseurs de grand gibier de la Lozère, puisqu'il participe très activement à la formation des candidats, assurant à lui seul, les cours relatifs à la recherche au sang, avec son chien De Niro, ainsi que la partie optique de la formation au brevet, René étant professionnel dans ce domaine. Compte tenu des faibles densités de chevreuils que nous avons en Lozère, découvrir un rond de sorcière est une opportunité peu banale.

28 Juillet 2010 - Le brevet grand gibier en Gard / Lozère.

L'examen du Brevet Grand Gibier, programmé le 12 juin dans les locaux de la fédération des chasseurs, à Nîmes dans le Gard a été suivi, le 19 juin, par celui de la Lozère qui s'est également tenue à la fédération des chasseurs mais de Lozère, cette fois.
La proximité des deux associations fait que nous avons pu organiser cette année, une sortie commune dans le massif de l'Aigoual, dans le cadre des formations au brevet. Cette sortie concernait bien évidemment, l'étude de la forêt.
À cette occasion, les formateurs Robert Garrel et Thierry Turc, respectivement trésorier et vice président de l’ADCGG 48, sont également forestiers de métier. On ne pouvait donc mieux tomber, dans ce domaine précis. Cette sortie en forêt a également été l'objet d'une présentation détaillée de la recherche du grand gibier blessé. Cette tâche menée de main de maître, était confiée à René Renaud qui, avec son chien De Niro, a fourni toutes les indications que l'on peut espérer, en la matière, à une assistance toute ouïe.
J'ai pu ainsi « monter » un compte rendu vidéo de cette sortie.
Les examens théoriques ont également fait l'objet de vidéos, afin de montrer aux uns et aux autres que le Brevet Grand Gibier est un examen qui se mérite mais qui est loin d'être inaccessible.
De nombreux candidats dont l'opiniâtreté est remarquable, réussissent parfois au bout de la sixième tentative. En effet, il est très fréquent d'observer une certaine émotivité et un stress patent, lors de l'examen. C'est bien souvent la cause d'échecs qui peuvent sembler inexplicables, à première vue.
La convivialité des soirées de révision, des sorties sur le terrain et plus globalement des formations, fait que les candidats malheureux n'hésitent pas à revenir d'une année sur l'autre, jusqu'à l'obtention du brevet. Bien souvent, ils intègrent l'équipe des formateurs, sachant combien ils peuvent être peinés, en constatant l'échec d'un ou de plusieurs de « leurs » candidats.
Une fois de plus, le monde de la chasse et plus particulièrement l'ANCGG, dans son message, montre combien il est indispensable d'en savoir toujours davantage, sur la faune, la forêt, les armes, la sécurité et plus généralement sur la nature avec un grand N, sans laquelle l'homme ne serait jamais arrivé, où il en est...
Bien entendu, cette réflexion doit être assortie d'un certain nombre de bémols...
Vous pouvez donc pu retrouver les vidéos en question, sur le site de www.chassons.com
L'adresse directe Internet : http://www.chassons.com/news/chassons/mag/archives/0710/gd_gib.htm

Jean-Claude Tolphin.
Président ADCGG 48


1 Juin 2010 - Réglage des carabines saison 2010

Depuis l’ouverture du stand fédéral de la Boulaine, dont l’inauguration a eu lieu le 29 mai dernier, la FDC 48, dispose désormais, d’un lieu où les chasseurs du département, pourront faire procéder au réglage de leurs armes, notamment pour la chasse du grand gibier.
Si, jusqu’à maintenant, seules deux dates étaient retenues auprès du Tir Sportif Canourguais, ce sont 9 journées durant lesquelles, les chasseurs du département, pourront bénéficier d’une assistance afin de régler leurs carabines et express.

Dates communiquées par la FDC 48

Au stand de tir de Fontjulien commune de la Canourgue
Le 7 août 2010 de 8 H à 18 H


Au stand de tir au Centre de formation à la Boulaine
Le 15 juillet 2010 de 8 H à 18 H
Le 22 juillet 2010 de 8 H à 18 H
Le 29 juillet 2010 de 8 H à 18 H
Le 12 août 2010 de 8 H à 18 H
Le 17 août 2010 de 8 H à 18 H
Le 26 août 2010 de 8 H à 18 H
Le 8 octobre 2010 de 13 H à 17 H
Le 12 novembre 2010 de 13 H à 17 H

L’association des chasseurs de grand gibier de Lozère est invitée à participer à ces journées, en déléguant des membres spécialisés dans ce domaine.
Il est clair que l’ADCGG 48, initiatrice, en son temps, de cette action, avec l’aide précieuse et gratuite du Tir Sportif Canourguais, saura se mobiliser et sollicitera, à hauteur de la disponibilité de ses bénévoles, les personnes compétentes pour prêter main forte aux agents et techniciens de la FDC 48.
J’invite donc, les uns et les autres, à me faire savoir très rapidement, les journées qu’ils pourront consacrer à cette opération.
Jean-Claude Tolphin

20 Janvier 2010 - Arrêt brutal du tir des grands cervidés dans le PNC.

Le conseil d'administration de l'association cynégétique des chasseurs du parc national des Cévennes a décidé de stopper brutalement la chasse des grands cervidés et du chevreuil, sur de nombreux secteurs.
La décision de stopper la chasse, après avis de l'administrateur local, tend à toucher tous les secteurs.
En effet, depuis plusieurs années, les plans de chasse concernant les grands cervidés principalement, ont fait l'objet d'attributions en total décalage avec une gestion raisonnée de ces animaux.
À plusieurs reprises, l'association des chasseurs de grand gibier de Lozère a tiré le signal d'alarme, mettant en garde les autorités de tutelle quant aux attributions qu'elles décidaient, sans tenir compte des observations faites par de nombreux chasseurs. Ces mises en garde répétées m'ont tout juste valu la qualification d'alarmiste !...
Aujourd'hui, alors qu'il reste normalement un mois et demi pour achever la réalisation des attributions 2009/2010, les chasseurs ont dit « non » ! à ce qui s'apparente plus à une tentative d’extermination des populations de grand gibier soumis à plan de chasse, qu'à une gestion raisonnée du cheptel ayant échappé, les saisons précédentes, à ce que l'on pourrait qualifier d'abattage systématique.
Le plus choquant dans cette affaire, c'est que de tels événements, ayant pour origine l'administration du parc, se produisent dans un parc national, le seul en Europe, où la chasse soit inscrite dans le décret de création de ce parc, datant de 1971.
On aurait pu s'attendre, dans un tel contexte environnemental, à une gestion exemplaire des populations de grands gibiers dont les grands cervidés, en quelques décennies, avaient atteint des sommets qualitatifs, en produisant les plus grands et les plus beaux trophées de France...

Jean-Claude Tolphin
Président de l'association départementale des chasseurs de grand gibier de Lozère.

10 Septembre 2009 - Comptage des cerfs bramant Septembre 2009 en Lozère.

Les chasseurs de grand gibier de Lozère et tous ceux qui sont intéressés par la chasse des grands cervidés, sont invités à participer au comptage au brame organisé par la FDC48 et conduite par Christophe Rieutord, technicien de la fédération.

Les chasseurs désirant participer aux différentes soirées d’écoute, sont invités à prendre contact avec Christophe Rieutord tel : 06 82 55 25 99, dans les plus brefs délais.

Ces comptages sont indispensables pour permettre une évaluation aussi précise que possible des effectifs présents sur le terrain, afin d’adapter les plans de chasse aux effectifs réellement présents et non pas à l’aveuglette comme c’est le cas en Cévennes.
Jean-Claude Tolphin