Accueil
   Présentation de l'ANCGG
   Le brevet Grand Gibier
 
 Les Associations
Départementales
Actualités
 Les espèces
   Revue "Grande Faune"
et publications
   Les espaces
   La chasse
   Hygiène santé
   Les journées nationales
   Cotation des trophées
   Catalogue ANCGG
   Législation-Réglementation
   Contributions
   Liens
   L'Europe
   Adhésion
   Contact
   Quiz Grand Gibier
  LES ESPÈCES
(cliquez sur le nom de l'animal pour plus de détails)
 

 

Les ongulés

Le cerf
Le daim
Le sanglier
Le bouquetin
Le chevreuil
Le mouflon
Le cerf sika
Le chamois
L'isard

Les grands prédateurs

Le lynx
Le renard
Le loup

Le DAIM

Le daim d'Europe est un cervidé dont le comportement est voisin de celui du cerf et dont la gestion doit obéir aux mêmes règles. Aussi, nous contenterons-nous de signaler les principaux points de différence entre ces deux espèces.

ALIMENTATION ET DÉGÂTS

Elle est principalement herbacée. Le daim est plus diurne que le cerf. Il ne se souille pas. Les incisives du daim, très larges et situées très en avant, favorisent l'écorçage. Le daim est donc plus déprédateur que le cerf. En enclos, l'effet de piétinement est également accru par son grégarisme.

ORGANISATION SOCIALE ET REPRODUCTION

L'espèce est plus grégaire et plus sédentaire que le cerf. La cellule matriarcale de base est formée de la daine, de son faon de l'année et de sa progéniture précédente (daguet ou dainette).
La maturité sexuelle intervient à 16 mois et les daines reproduisent pour la
première fois à 2 ans. Le rut se situe de la mi-octobre à la mi-novembre avec un pic
à la fin du premier mois. Dans les espaces ouverts, il est collectif à l'intérieur d'une
" arène " où se regroupent beaucoup d'animaux. Les mâles rassemblent alors des
hardes de daines et se montrent très actifs, beaucoup plus dans la journée que les cerfs. Ils grattent et creusent le sol, frottent beaucoup les arbres et émettent un raire bref et rauque, très souvent répété. Après une gestation de 8 mois (240 jours environ), la daine met bas, en juin-juillet, un faon, très rarement deux.
Le taux d'accroissement annuel de l'espèce se situe autour de 30 % de la population.

SITUATION DE L'ESPÈCE

Animal d'origine méditerranéenne, le daim a disparu du nord de l'Europe après la dernière grande glaciation. Il y fut réintroduit dès l'époque romaine. Sa distribution actuelle est le fait de l'homme, toutes les populations provenant de quelques individus qui avaient survécu en Turquie et en Grèce. A l'état libre, le daim est une espèce peu représentée en France.
En 1984, les effectifs nationaux étaient estimés à 400 têtes réparties sur 15 000 hectares. Les populations actuelles proviennent de lâchers effectués depuis la fin du siècle dernier: forêt de l'Illwald (Haut-Rhin), Sierck (Moselle), Bavent (Calvados) et Montagne Noire (Tarn).
Les prélèvements annuels (environ 150 individus) sont réalisés principalement dans le massif alsacien de l'Illwald et sur quelques animaux échappés de parc d'élevage et que l'on souhaite éliminer. Le daim est en effet souvent élevé en enclos d'agrément ou de production de venaison: 2 500 à 2 700 individus vivraient dans une soixantaine de parcs répartis dans trente départements.

Source ONCFS